Archives juin 2009

Social media harmful to your health?

Pendant le Webcamp tenu à Québec mardi dernier, une question de Simon Bédard m’a interpellé.  En substance, Simon s’interrogeait si une connexion quasi permanente au Web (bureau, maison et mobile) n’avait pas un impact négatif sur notre équilibre de vie?

En fait, ça m’a rappelé le billet de King Siu: un sympathique collaborateur de l’ACGA.  Il a apporté son précieux concours au succès du blog du congrès annuel que j’avais initié.  Parce que je le trouve complet en soi, voici donc son billet original qui m’avait fait réagir au départ, mais qui nous donne de précieuses pistes de réflexion.

« Isn’t it always the case that as soon as you start something you see it everywhere? You learn a new word and suddenly it is in every book, magazine, blog and email you read! It was probably there before but now you are aware of it. Such is the case as we continue our blog experience as we journey to the National Conference. Social media is a hot topic!

No one can dispute that Web 2.0 and social media have revolutionized the way that we network. With so many social media sites available, LinkedIn, Facebook, Twitter, MySpace, people can build their professional networks faster than ever before and can do so with no geographical limitations. But with all new technology there can be unforeseen side-effects.

An article that appeared in the February 2009 issue of the academic journal Biologist warns that there may be a link between social media and serious health ailments. The problem appears to stem from the negative physiological changes that happen to the body and mind when people reduce the amount of time they actually spend interacting with people face-to-face and increase the amount of time spent on virtual interaction.

Listen to the author of the article, Dr. Aric Sigman, speak in a BBC interview about his findings.

As with most things in life, moderation appears to be the key. Be sure to mix in a “healthy” dose of traditional face-to-face interaction in your professional networking activities. »

Affaires Web 2.0 – scène 1, prise 2

Le mois dernier, sans prétention et sans attente, avec de précieuses complices Chantal Beaupré et Diane Nadeau, nous avons mis la table pour deux rendez-vous Affaires Web2.0;  un à Drummondville et l’autre à Sherbrooke.

Nous avons été reçus en première classe par nos hôtes André Gauthier du Liverpool et Étienne Aubin de L’Hôtel Le Dauphin.  Je profite de l’occasion pour les remercier chaleureusement pour la qualité de leur accueil et du service de leur équipe.

Au départ, nous ne pensions pas répéter ces événements avant l’automne.  Cependant, les succès obtenus et l’enthousiasme des participants nous a stimulé à relancer le tout le 17 juin à Sherbrooke et le 18 juin à Drummondville aux mêmes endroits.

Dans l’attente de statuer sur le nom « officiel », Chantal à même créer un événement Facebook pour le rendez-vous à Drummondville.  Voici celui de Sherbrooke créé par Diane et Pierre-Claude.   Pour le nom de chaque événement et comme disait Stéphane « Yulbiz, SWAFF, DrumBiz, peu importe tant qu’on y est« .

Retour sur la première à Drummondville

C’est avec joie et fébrilité que Chantal, Étienne et moi avons accueilli de la famille, des amis, des copains et des passionnés du Web2.0 pour le développement des affaires.  Ils sont venus de Québec, de Montréal, de Sherbrooke et, bien entendu, de Drummondville et de St-Joachim!

J’étais heureux de connaître la maman de Chantal:  Gaétane.  Comme je lui faisais remarqué, et je taquine souvent mon père avec cette affirmation, les technologies d’aujourd’hui produisent des copies plus belles que les originaux ;-D  Dans le cas de Gaétane, elle n’a rien à envier à sa copie!

C’était touchant de recevoir Stéphane Guérin et Philip Boumanssour.  Ce duo dynamique est venu nous encourager en se rappelant que leur aventure d’affaires avec Percute avait justement démarré lors d’une rencontre similaire.  On ne sait jamais qui l’on rencontre et quelles directions prendront les discussions.  Tout comme le premier Yulbiz, il n’y avait guère plus de personnes à la première.  Nous avons misé sur la qualité.

La présence appréciée de Pierre Fraser fut aussi rapide et efficace que ses axons.  Nous avons pu connaître ce clown démaquillé à l’esprit aussif vif que le rouge de son sobre nez ;-D  J’imagine les discussions passionnées entre Adrien O’Leary et Daniel Rouleau pendant le voyage entre Montréal et Drummondville.

Richard Messier et André Gauthier ont investi de leur temps précieux pour réseauter et pour venir bonifier les discussions.  À un certain moment, avec le concours de Christian Vallée et d’Adrien, nous avions l’impression d’être dans un sommet Web2.0 de la francophonie. ;-D

Histoire de casser la glace, je leur ai demandé quel est le mot(un seul) qui représentait le mieux ce qui les passionne ou ce qui caractérise leur intervention sur le Web.  Je vous les dévoile donc ces braves qui ont parcouru des kilomètres, ces explorateurs qui ont franchi de multiples zones de construction et ces pionniers (et pionnières bien sûre) qui ont gravé l’histoire à jamais …

Christian @The_Clown – liberté

Pierre Fraserjournal

Christian Valléerichesse

Adrian O’Learyunique

Chantal Beauprérelationship

Étienne Aubinperformance

Richard Messierpartage

Gaétane Beaupréplaisir

Philip Boumansourmodèles d’affaires

Stéphane Guérin entrepreneur…Web

Daniel Rouleaudiffusion

André Gauthierautomatisation

Nancy Vigneault apprendre

Luc Gendrontransaction

Comme soulignait Diane dans son billet Retour sur le 1er R-V affaires web 2.0 en estrie, c’est la complémentarité qui est particulière intéressante.

Pourquoi?

Pendant le souper qui a suivi le 5@7, nous avons posé la question suivante à chaque participant: pourquoi vous êtes-vous déplacé ce soir?  Nous avions des chefs d’entreprises et des professionnels du Web autour de la table.  Ce fut un moment privilégié.  Si ça leur chante, je leur laisse le soin de partager leurs raisons ici dans le commentaires.

De mon côté et à l’intérieur de mes limites, j’ai mentionnée que je souhaite apporter une contribution pour contrer l’analphabétisme Web des chefs d’entreprises en stimulant des opportunités pour réseauter avec des professionnels complémentaires exploitant le Web2.0 pour leurs affaires.

Dans mon esprit, plus je contribue à la richesse collective, plus je contribue à la mienne par extension.  C’est toujours le « donnez, l’on vous donnera » qui m’anime.  Mes investissements passés m’ont toujours apporté d’agréables surprises.

Et vous, pourquoi déciderez-vous de vous joindre à nous cette fois?