FOCUS20 – Reprogrammer les G.P.S. en éducation

1er octobre 2014 – Pour vous inscrire.

GPS pour se diriger et optimiser le chemin

Un GPS (Global Positionning System) nous permet de nous diriger rapidement dans un environnement inconnu et peut se reprogrammer selon de nouveaux paramètres.

Le G.P.S. (Gens Processus Systèmes) fait exactement la même chose et se reprogramme tout autant, mais pour une entreprise qui doit évoluer dans les environnements classiques et numériques.  Les connaissances et les habitudes des gens se reprogramment tout autant qu’une application numérique. Cette approche permet de générer autant de la valeur pour les gens que de la richesse pour les systèmes.

Affaires et éducation – symbiose naturelle et interdépendante

Ma première source d’inspiration pour lier le monde des affaires numériques à l’éducation est Patrick Giroux en janvier 2009. Dans la même journée et après avoir publié ce billet Internet ou le Web: des paradigmes à faire évoluer pour transiger!, Patrick y a fait écho en publiant celui-ci: Internet ou le Web: des connaissances à faire évoluer!  WOW!  Quelle synchronicité! Avais-je mis le doigt sur quelque chose d’important?

Par la suite, en lisant son blog et en effectuant une veille pour améliorer mes habilités à transférer mes savoirs à mes clients, j’ai intercepté la naissance du premier réseau d’experts en technopédagogie francophone au niveau mondial:  Clair.  J’y suis allé 3 fois depuis et j’y retourne pour Clair2015.  Encore WOW!  Quel réseau de passionnés et d’explorateurs généreux qui ne cessent de me stimuler.

Plus récemment et avec un réseau de directeurs en T.I. (Technologies d’Information) des plus importantes entreprises de ma région, nous avons organisé une rencontre historique et accouché ensuite d’une vision d’un projet unique baptisé S.E.E.D. (Synergie Entreprises-Éducation Drummond).  Ce sont des professionnels et aussi des parents inquiets de l’éducation des enfants. Nous sommes actuellement en recherche de financement.

Repousser les frontières dans l’internet, les affaires et l’éducation

Qu’on le veuille ou non, internet a changé et continue de transformer nos vies sous tous ses angles. Internet n’est pas un outil, il est un environnement qui lie les gens et les systèmes mondialement et localement.

La connaissance limitée de nos leaders en communication numérique les empêche de voir les opportunités et les risques dans notre monde qui évolue de manière exponentielle.  Ils investissent trop souvent à l’aveuglette dans le numérique, sans contrôle des stratégies, incapables d’évaluer objectivement les prétentions des lobbys avec leurs promesses du Saint Graal et qui, finalement, ne génèrent pas les résultats attendus.

On perpétue des générations d’analphabètes numériques dans nos institutions

Lorsque ma fille était à l’université en éducation, j’ai découvert que les professeurs qui lui enseignaient étaient majoritairement des analphabètes du numérique.  Ils connaissaient quelques logiciels, mais n’avaient aucune idée des dynamiques de communication, de transaction et de livraison des savoirs dans l’Internet.

Si on conduisait un sondage national auprès de tous les enseignants de toutes les facultés, nous réaliserions que, comme le souligne si bien Ron Canuel (président et directeur-général de l’Association Canadienne en Éducation) nous développons des étudiants pour évoluer dans le contexte industriel de 1980.

Quoi?  On perpétue l’analphabétisme numérique même au niveau universitaire et dans les principales institutions de formation comme l’ENAP.  C’est plus qu’inquiétant pour l’avenir de nos enfants et de notre richesse collective.

Comme l’ignorance stimule la peur, plusieurs se renferment à l’intérieur de systèmes imaginés à une époque où la distribution des messages et du savoir était contrôlée par une minorité et par quelques canaux.   Ce n’est plus le cas aujourd’hui.  De plus, l’élastique de notre capacité de payer collectivement atteindra sa limite tôt ou tard avec des impacts difficiles à imaginer.

En affaires et en éducation, il faut éliminer les silos.  Il faut penser et agir en réseaux intelligents. L’intelligence d’une école, d’une entreprise, d’une ville et d’un pays est fonction de ses gens capables de synergiser pour comprendre et de masterminder pour agir ensemble; pas d’un déploiement de technologies asymétriques et en silos.

Transférer des savoirs pour générer de la valeur et de la richesse

En affaires, les performances sur le Web ne sont pas liées aux systèmes utilisés, mais aux frontières des gens à comprendre les dynamiques transactionnelles sur cette toile à l’échelle planétaire.   Le défi est davantage associé à la culture et aux habitudes qu’aux technologies utilisées.  Les affaires et l’éducation évolueront toujours aussi rapidement que la plus lente des composantes:  les gens.

Pour changer la culture en affaires numériques et avec la même vision, j’ai développé deux moyens pour transformer la confusion des leaders en affaires numériques en confiance pour décider :  FOCUS20 et G.P.S.

FOCUS20 est un réseau que j’ai co-fondé en 2009 et co-développé avec des complices professionnels de calibre international.  Avec 60 événements réalisés au Québec, FOCUS20 est devenu un puissant réseau de co-apprentissage continuant d’évoluer autour de ces trois valeurs:  écouter – comprendre – agir.

G.P.S. (Gens – Processus – Systèmes) est une séquence de lecture, d’analyse et d’implantation qui a généré des métamorphoses étonnantes dans chacune des organisations qui ont eu le courage de me faire confiance.  L’approche vise à renforcer les êtres avant leurs avoirs en améliorant leurs habiletés à communiquer, à calculer et à capitaliser autant en ligne que sur le terrain.

Une fois la confiance rétablie, c’est une capacité d’innover avec de nouvelles “lunettes” qui émerge naturellement.

Et si on reprogrammait les G.P.S. en éducation par les curieux d’apprendre et focus-client?

Les curieux n’ont pas la vérité, ils la cherchent constamment. Les focus-clients s’intéressent à la valeur à livrer aux autres et non à leur unique intérêt.

Sans le savoir, Annie Côté, une enseignante passionnée pour ses « clients » et en innovation pédagogique, caressait l’idée de réaliser un projet innovant avec des leaders en affaires.  Quelle synchronicité encore une fois!  C’est exactement ce que je souhaite réaliser avec des leaders en éducation.

Pour les fans de Clair et du RÉFER ainsi que des leaders en développement des affaires au Québec Annie et moi souhaitons animer les discussions autour de cette question:

est-ce que les résultats obtenus par l’approche G.P.S. en affaires peuvent également métamorphoser le regard de leaders en éducation et nourrir une reprogrammation des gens d’abord, des processus pédagogiques et des systèmes d’éducation au Québec?

La clé: des gens passionnés, sans frontières disposant de la perpétuelle curiosité à apprendre et le focus-client i.e. la recherche continue à livrer de la valeur aux élèves et à leurs guides que sont les enseignants.

Plan numérique du Québec

Le dernier Forum des idées s’est terminé sur deux notes importantes:

  • une déclaration du premier ministre Phillippe Couillard: « oui, il y en aura un plan numérique pour le Québec. »
  • un constat: l’importance stratégique d’investir en éducation pour supporter cet éventuel plan numérique.

Ce FOCUS20 proposera justement une approche pédagogique et andragogique testée en affaires et à explorer en éducation. Elle permet aux leaders de ne pas être aveuglés par les fournisseurs de technologies et de prendre des décisions éclairées destinées à générer de la valeur aux clients que sont les apprenants et les enseignants.

En passant, le niveau de connaissance en communications numériques importe peu si la curiosité est active. L’approche G.P.S. à transformer un chef d’entreprise se disant “dinosaure du Web” en T-Rex pour ses affaires.

Ça vous intéresse?  Cliquer ici pour vous inscrire!

Luc Gendron

 

 

Commentaires

Aucun commentaire jusqu’à présent.

Écrire un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)