Archives par auteur

L’impact de la nouvelle orthographe ! (2/7)

Ma soeur France – enseignante au niveau primaire au Québec

Dois-je enseigner la nouvelle ou l’ancienne?

Enseignante au primaire depuis 1989, j’ai eu la chance de participer à différents congrès de l’AQEP (Association québécoise des enseignants du primaire).  L’an dernier, je suis allée à Québec où se déroulait ce congrès et j’ai participé à un atelier sur la nouvelle orthographe.  En fait, c’est ma nièce, étudiante en enseignement, qui fut la première personne à me parler de cette nouvelle « mode ».  Je me rappelle avoir réagi car jamais comme enseignante je n’avais été mise au courant de ce nouveau phénomène par les conseillères pédagogiques de ma commission scolaire.

Cet atelier était animé par Chantal Contant,  linguiste et professeure de français à l’UQAM.  Elle m’a tenue en haleine pendant toute la durée de son exposé.  Elle nous expliquait les origines et les raisons de tous ces changements.  J’étais captivée et surtout fâchée de n’avoir jamais entendu parler de tout cela avant.  Si je n’avais pas choisi cet atelier, je serais probablement encore dans l’ignorance comme la majorité de mes collègues.

Dès lors, je ne pouvais plus enseigner à mes jeunes étudiants une orthographe qui, je savais, serait abandonnée dans les années à venir.  Comment aurais-je pu leur enseigner à écrire un nombre et à les pénaliser pour leurs traits d’union difficiles à retenir quand j’avais appris à les écrire d’une façon beaucoup plus simple et beaucoup plus logique.

À mon retour du congrès, j’ai questionné les conseillères pédagogiques de ma commission scolaire à ce sujet.  Ce qu’elles avaient à me répondre m’a déçue.  Elles m’ont expliqué que tous les volumes, les livres et les références disponibles pour les élèves étaient écrits avec l’ancienne orthographe et que nous n’étions pas équipés pour enseigner cette nouvelle façon d’écrire.   Qu’en est-il pour  » l’ancienne planète Pluton  »  qui n’en est plus une maintenant?  A-t-on attendu de corriger tous les volumes avant de parler de ce changement majeur?

Des outils de référence

Eh bien, pour ce qui est de la nouvelle orthographe, il existe des outils de référence qui contiennent tous les changements de celle-ci ainsi que des exercices pour les pratiquer.  Tous les enseignants du Québec auraient déjà dû recevoir ces outils ainsi que quelques nouveaux dictionnaires corrigés puisque le ministère de l’éducation vient de prendre position concernant ses examens de juin prochain soient ceux de 2010.  En effet, lors des prochaines évaluations du ministère, tous les enseignants de la province devront accepter les deux orthographes (l’ancienne et la nouvelle ).  Mais comment ferons-nous pour vérifier si l’élève fait une erreur ou si celui-ci utilise la nouvelle orthographe?  Est-ce que certains parents ayant été mis au courant de cette nouveauté seront meilleurs que les enseignants et feront passer ces derniers pour des incompétents?

En conclusion, rappelons que d’autres provinces dites « anglophones » nous ont déjà devancés pour ce qui est de l’acceptation de la nouvelle orthographe.  Étant la seule province francophone du Canada, je crois qu’il est temps que les commissions scolaires en partenariat avec le ministère de l’éducation  se mettent vite au travail afin que tout leur personnel soit informé de tous les changements de la nouvelle orthographe.  Cessons de faire les autruches et participons à ce mouvement qui permet à notre langue d’évoluer.

P.S.

Ce billet fait partie d’une co-création familiale expliquée dans le premier figurant dans cette liste.  Les billets seront hyperliés progressivement au moment de leur publication.