Pourquoi je blogue en 2013?

En préparation au prochain WEB2BIZ dont le thème est Pourquoi et comment nous bloguons en 2013?, le moment est venu de faire le point sur le pourquoi je continue de bloguer.

En 2007, des professionnels ont publié leur vision de Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires en partageant le verbe qui caractérisait le mieux leur motivation de l’époque.

Je serais curieux de savoir si c’est encore le même verbe qui les anime ou si leur motivation a évolué depuis.  Quoiqu’il en soit, je vais tenter de refaire le même exercice ici.


Lisez la suite »

Social media harmful to your health?

Pendant le Webcamp tenu à Québec mardi dernier, une question de Simon Bédard m’a interpellé.  En substance, Simon s’interrogeait si une connexion quasi permanente au Web (bureau, maison et mobile) n’avait pas un impact négatif sur notre équilibre de vie?

En fait, ça m’a rappelé le billet de King Siu: un sympathique collaborateur de l’ACGA.  Il a apporté son précieux concours au succès du blog du congrès annuel que j’avais initié.  Parce que je le trouve complet en soi, voici donc son billet original qui m’avait fait réagir au départ, mais qui nous donne de précieuses pistes de réflexion.

« Isn’t it always the case that as soon as you start something you see it everywhere? You learn a new word and suddenly it is in every book, magazine, blog and email you read! It was probably there before but now you are aware of it. Such is the case as we continue our blog experience as we journey to the National Conference. Social media is a hot topic!

No one can dispute that Web 2.0 and social media have revolutionized the way that we network. With so many social media sites available, LinkedIn, Facebook, Twitter, MySpace, people can build their professional networks faster than ever before and can do so with no geographical limitations. But with all new technology there can be unforeseen side-effects.

An article that appeared in the February 2009 issue of the academic journal Biologist warns that there may be a link between social media and serious health ailments. The problem appears to stem from the negative physiological changes that happen to the body and mind when people reduce the amount of time they actually spend interacting with people face-to-face and increase the amount of time spent on virtual interaction.

Listen to the author of the article, Dr. Aric Sigman, speak in a BBC interview about his findings.

As with most things in life, moderation appears to be the key. Be sure to mix in a “healthy” dose of traditional face-to-face interaction in your professional networking activities. »

Pour un réseau florissant, arrose tes plantes!

C’est le billet Blogue – Bienvenue dans le monde du silence 2.0 de Pierre Fraser d’AxonPost qui m’a stimulé à poursuivre ici.  Comme quoi, on ne sait jamais l’impact qu’aura ce qu’on publie dans le Web.   En commentaire à son billet, je lui ai partagé ceci:

« Si le langage est source de malentendus, le silence est source d’interprétation. Le silence “parle” davantage qu’on ne le pense.  Ce n’est pas parce qu’un blog n’a pas de commentaire qu’il n’a pas d’impact. Ce n’est pas parce qu’un blog n’attire pas 10 000 lecteurs qu’il n’a pas d’impact non plus. S’il “nourrit” quelques “oiseaux rares”, il peut contribuer à générer un puissant “point de bascule” (Malcom Gladwell).

J’aimerais simplement te partager une analogie faite par un conférencier (Sylvain Boudreau) sur le réseautage traditionnel qui m’inspire encore aujourd’hui. Ce qu’il disait c’est que chaque communication faite à un de tes contacts est comme arroser une plante après avoir semé une graine.  Lorsque tu y verses ton eau et ton amour, rien ne se passe. Même chose la journée suivante et ainsi de suite. Cependant, un jour tu réalises que la plante a drôlement grandi et qu’elle produit de magnifiques fleurs. C’est comme ça que je vois mon blog.

Alors, continue d’arroser ta “plante”. Avec la bonne terre et la passion qui te caractérise, ça sera étonnant les fruits qui en résulteront! »

Arroser les réseaux qui nous entourent!

Que ce soit pour nos amours, notre famille, nos amis ou nos contacts d’affaires, si on ne les « arrose » pas, nos relations risquent de sécher.   À l’autre extrême, si nous les « noyons » de trop d’information ou d’amour, il risque de mourir également.  C’est la même chose pour un site, un blog ou un réseau social.  C’est la fréquence et la qualité « d’arrosage » qui est au cœur du succès pour ses participants et de la pérennité du réseau.

On ne sait jamais!

En revenant du SWAFF hier soir, j’ai un ami qui m’a fait signe via Skype pour me partager son doute sur l’efficacité de son blog démarré tout récemment.  Après ses 4 premiers billets, il n’a eu qu’un maigre commentaire.

Je lui ai fait prendre connaissance du billet de Pierre pour lui faire comprendre que le silence de son auditoire n’est pas un signe de désinterressement.   De plus, je lui ai mentionné que son auditoire cible n’est pas principalement composé de « naturels » dans le Web et qu’il doit contribuer à leur courbe d’apprentissage.  En passant, son commentaire provenait d’une référence nord-américaine dans cette profession.  Pas mal Daniel! 😉

Il m’a appelé ce matin.  Sans le savoir, le billet de Pierre et nos échanges l’on beaucoup rassuré.  Il sera des nôtre à Drummondville jeudi prochain.

Semer d’abord!

En écrivant ce billet, je pensais à tous les leaders qui animent ces réseaux « physiques » entre professionnels des blogs et du Web.  En plus de nous permettre de découvrir d’autres passionnés(es), ces réseaux bonifient nos communications sur le Web et vice versa.  C’est dans cet esprit que Diane Nadeau et moi avons semé cette graine mercredi soir à Sherbrooke.  Nous sommes déjà à préparer le plan pour un « arrosage » en juin avec Pierre-Claude Roy et André Gauthier.

Pourquoi un blog plutôt qu'un site Web?

C’est un billet récent de Ed Bajarana qui m’interpelle. Même si je ne le connais pas personnellement, j’aime bien son style d’écriture simple pour vulgariser l’univers des blogs professionnels aux travailleurs autonomes et aux chefs de PME.  Suite à sa permission, il m’avait inspiré « Venez bloguer avec nous! » que nous avions lancé dans le blog de la conférence annuelle de l’Association Canadienne des Gestionaires en Approvisionnement qui se tiendra en juin prochain.

Le blog, ce méconnu…

Un blog n’est pas écrit que par des éditorialistes ou des journalistes et n’est pas qu’un carnet de réflexions personnelles sur un sujet d’intérêt quelconque.  À l’instar de n’importe quel média, la valeur d’un blog est fonction de la qualité de son contenu.

Ce qu’il est!

Lorsqu’ils sont alimentés par des experts dans leur domaine, les blogs constituent autant de sources d’information crédibles et diversifiées.  Les blogs constituent également des environnements privilégiés par les consommateurs pour confirmer leur décision d’achat.

Comme me répète souvent Philippe Martin , un blog c’est d’abord un logiciel.  Dans une perspective de développement des affaires, l’utilisation de ce logiciel s’articule autour d’objectifs et d’un auditoire ciblé. De part sa structure technologique et de gestion du contenu, le blog constitue l’environnement Web à privilégier pour toutes les organisations.

Sur le plan technologique,  un blog permet:

  • aux moteurs de recherche de repérer plus facilement les mots clés s’y trouvant.  Chaque billet et chaque commentaire constitue autant de « porte » pour entrer dans votre univers professionnel;
  • d’auto-gérer le contenu sans l’assistance technique d’un webmestre;
  • la possibilité que les lecteurs intéressés puissent y ajouter du contenu par leurs commentaires ce qui signifie autant de mots clés supplémentaires pouvant être repérés par les moteurs de recherche;
  • d’y incorporer des pages d’information dites plus statiques;
  • d’offrir la possibilité aux lecteurs d’être informés automatiquement des nouveautés par flux RSS ou par courriel;
  • de partager le contenu plus facilement par une multitude de canaux et de réseaux sociaux pour propager la nouvelle.

Sur le plan des communications, un blog permet:

  • de raconter une histoire, votre passion, des cas vécus, des éléments non techniques contribuant à la décision du consommateur de transiger avec vous.  Vos clients sont des êtres humains n’achetant pas QUE vos produits ou vos services, mais ET surtout une expérience;
  • une tribune pour ceux voulant s’exprimer afin de renforcer votre image de marque ou pour bonifier votre réflexion ou pour se plaindre directement.  Dans ce dernier cas, c’est une occasion privilégiée pour intercepter l’insatisfaction, pour régler la situation, pour modifier votre combinaison produit/service au besoin et convertir l’auteur en « évangéliste ».
  • de construire et d’alimenter votre propre réseau d’oiseaux rares susceptible de créer une communication « épidémique ».

Vous disposez déjà d’un site Web; et alors!

Pour en profiter, le développement des affaires dans l’Internet requiert beaucoup plus qu’un site Web esthétique et bien positionné dans Google.  Les clients vous cherchent, vous comparent, transigent et veulent s’exprimer dans l’Internet.  Êtes-vous vraiment disposé à dialoguer avec eux?

Site Web vs blog

Un site Web est un environnement dont la diffusion de contenus statiques est contrôlée par des techniciens.  Un blog est un environnement dont la publication des contenus dynamiques et la gestion des commentaires sont contrôlées par les communicateurs.

Avec un site Web, on diffuse de l’information de façon unidirectionnelle dans un environnement où le client veut et peut diriger le dialogue .  Avec un blog, on ouvre le dialogue avec des gens intelligents susceptibles de nous améliorer et de parler de nous dans leurs propres réseaux sociaux dans le Web.

Ah oui, un blog peut-être destiné à des clients ou des partenaires externes dans un environnement Web ouvert et/ou à des « clients » internes à l’organisation dans un environnement Web privé.

Ceci dit, devriez-vous démarrer votre blog d’affaires?

En fait, c’est la question à l’origine du billet de Ed. Ce qui m’a plu, c’est qu’il propose un plan pour tester vos habilités et votre intérêt à bloguer.  Idéalement et comme une équipe est toujours à son image, c’est le chef d’entreprise qui devrait se pratiquer pour « goûter » au potentiel de ce média bi-directionnel.  Même s’ils ne sont pas nombreux, vous pourriez vous inspirer des blogs de Yves Carignan et de Michel-Edouard Leclerc .

Je sais, ce ne sont pas tous les chefs d’entreprises qui ont le goût ou le talent pour l’écriture.  Un blog corporatif pourrait très bien être géré par quelqu’un d’autre dans l’organisation.  Un blog peut également être le fruit d’un collectif d’auteurs sélectionnés.  Finalement, il existe même des entreprises spécialisées pour rédiger le contenu pour d’autres.

Comme dirait encore Philippe Martin, « N’ayez pas peur! ».   Vous pourriez vous laisser prendre au jeu.  Qu’en pensez-vous?

11 raisons pourquoi un acheteur devrait bloguer!

N.B. Pour ce billet et même s’il existe une différence importante, j’intègrerai le gestionnaire en approvisionnement au concept d’acheteur.

Pour aider nos collègues du comité organisateur et les gestionnaires canadiens en approvisionnement à apprivoiser le Web à leur profit, nous avons initié ce blog dédié au prochain congrès national de l’ACGA.  By the way, thanks Les for your support!

En m’inspirant du « call for presenters » lancé pour recruter des conférenciers pour l’événement (trop tard, le programme est complet et alléchant), nous avons lancé cette invitation à venir bloguer avec nous! Nous espérons inspirer et guider quelques audacieux à expérimenter le plaisir d’écrire un billet susceptible de générer des dialogues passionnants avec leurs pairs.  Il faut savoir que l’ACGA compte plus de 40 000 membres au Canada.  Savez-vous combien de suggestions de billets nous avons reçues depuis cette invitation???  Un gros 0, nothing, niet, pas l’ombre d’une suggestion.  ;-(

Sincèrement, je pensais bien qu’il serait un peu difficile de faire bouger ces professionnels travaillant surtout dans l’ombre.  Je sais bien que ce sont surtout les pros du marketing qui font le plus de « bruit » dans l’Internet, mais là je trouve ça pour le moins gênant.

OK, je me retrousse les manches.  En fait et sans le savoir, c’est notre cher président qui m’a lancé ce défi.

En m’inspirant de Pourquoi une PME devrait avoir un blog: 10 raisons concrètes et de Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires,  voici donc mes 11 raisons pourquoi un acheteur devrait le faire.

1- Pour « réseauter » avec ses pairs

Les leaders sont naturellement généreux.  En partageant vos trouvailles, vos idées, vos expériences et votre humour, d’autres se sentiront interpellés et auront le goût de partager leur appréciation, des points vues complémentaires ou des objections pour vous rendre meilleur.  Je peux bien vous servir ces vieux clichés « Donnez, l’on vous donnera! » ou « Nous récoltons ce que nous semons ». Dans le Web, il y a une toile de passionnés qui ne demande pas mieux que de vous aider si vous partagez votre passion; pas vos communiqués de presse.

Dans le même esprit, vous avez tout intérêt à partager vos commentaires dans les autres blogs.  Ça vous permettra de stimuler ou de participer un dialogue avec d’autres passionnés.  Qui sait?  Ils auront peut-être le goût de venir contribuer à la dynamique de votre blog.

Psst! Juste entre nous, le blog du congrès constitue une excellente occasion de vous exercer avant de le faire pour votre propre organisation.

2- Pour la veille

Peu importe sa profession et sa passion, pour écrire des billets intéressants et stimulants, il convient d’être « branché » aux meilleures sources d’information.  Le blogueur ne cherche pas qu’à informer ou à épater, mais à générer un dialogue susceptible de bonifier sa propre réflexion;  c’est profitable pour lui et son entreprise.

Pour vous doter d’un tableau de bord en veille stratégique dans l’Internet, vous ai-je déjà parlé de Delicious et de fil RSS?

3- Pour le référencement
Même si vos recherches se font dans le plus grand secret et que vous avez intérêt à protéger vos sources, il y a des congrès auquels vous participerez (bon OK, c’est une « plug »), des études que vous consultez, des défis que d’autres doivent relever, des contraintes que vous n’êtes pas seul à vivre et bien d’autres sujets que vous pouvez partager en toute transparence et authenticité.

Les mots clés dans vos billets sont autant de « portes » d’entrée sur votre environnement corporatif que Google peut proposer à un chercheur d’information; qu’il s’agisse d’un collègue, d’un pair, d’un fournisseur et, même, d’un client.  Les chercheurs les plus actifs dans le Web pourront accéder à votre contenu plus naturellement et vous permettre de faire d’agréables découvertes.

4- Pour le dialogue

Un blog n’est pas un simple canal de diffusion d’information dans le Web.  Un blog est une invitation permanente à échanger avec d’autres.  Eh oui, il se peut qu’on vous partage des commentaires moins élogieux.  Généralement fait de manière constructive, ils peuvent servir à améliorer votre maîtrise du sujet partagé ou certains aspects même de votre organisation.  Pourquoi pas, personne n’est parfait!  Rassurez-vous et avant leur publication, vous pouvez modérer les commentaires ne cadrant pas avec le sujet ou qui sont carrément vulgaires.

Ah oui, comme vous êtes plutôt « frileux » à bloguer, vous pouvez imaginez que le réflexe de vos pairs à commenter vos billets ne viendra pas rapidement.   Je l’observe avec mon blog destiné principalement aux actionnaires et aux chefs d’entreprises.

Il se peut donc que votre blog stimule plutôt un coup de téléphone, une invitation par courriel, un accueil plus chaleureux de votre fournisseur ou permet de « casser la glace » pour une discussion plus intéressante à votre prochaine foire commerciale.  Ce sont des avantages co-latéraux que j’apprécie.

5- Pour motiver et éduquer vos collègues

Il faut savoir qu’il est possible de bloguer à l’intérieur d’un environnement Web sécurisé pour les collègues de son organisation.  Les informations ainsi partagées peuvent servir à faciliter la formation et l’intégration d’un nouveau collègue dans le département.  Au-delà de l’exécution des tâches à accomplir, la compréhension de la culture du dirigeant et de l’organisation permet à chaque membre de l’équipe de donner un sens à leurs actions.

En plus de vos collègues en approvisionnement, vous pouvez aider les autres gestionnaires à mieux comprendre la dynamique des acheteurs dans l’Internet pour améliorer leurs performances dans le Web à tisser des liens avec de nouveaux clients.   Comme suggéré dans mon billet L’approvisionnement, base des succès en marketing, vos recherches de nouveaux fournisseurs étrangers peuvent procurer des informations précieuses pour vos collègues en marketing pour planifier une pénétration des marchés où sont situés ces mêmes fournisseurs.

Les ingénieurs responsables de la conception de nouveaux produits ne sont pas nécessairement des experts dans le repérage et la qualification de nouveaux fournisseurs.  Ils sont généralement ceux qui spécifient les fournisseurs à intégrer dans leurs créations vous laissant le soin de négocier le prix par la suite.  Considérant que certaines études ont démontré que votre contribution au début du cycle de création de produit peut générer jusqu’à 18% de réduction de coûts à la fin, il devient stratégique de leur partager votre savoir-faire.

6- Pour la propagation automatique de l’information

Que les destinataires soient internes ou externes, qu’il s’agisse de générer un « newsletter » sans travail supplémentaire (remarquez la fenêtre dans le coin supérieur droit de ce blog) ou de procurer une capacité de s’inscrire à votre fil RSS, ces fonctionnalités comprises dans la structure d’un blog permet de générer une transmission efficace sans trop d’effort.

7- Pour attirer les fournisseurs les plus « branchés »

Tous les acheteurs le savent: le prix d’acquisition n’est qu’une composante du coût total d’approvisionnement.  À prix et qualité de produit égaux, le fournisseur capable de répondre rapidement à vos requêtes et pouvant s’intégrer facilement avec votre équipe, vos processus et, surtout, vos systèmes informatiques constituera un partenaire de choix au succès de votre organisation.  Imaginez où se trouvent ces perles rares!  Ils sont dans le Web depuis un bon moment déjà et savent comment se démarquer.

8- Pour tenir vos fournisseurs actuels vigilants et les nouveaux prêts à vous servir!

Sans les nommer et en partageant vos défis, vos attentes ou vos expériences d’horreur en inefficacité logistique, en difficulté d’intégration après avoir confirmé votre commande, en mauvais service à la clientèle ou la piètre gestion des retours, vous lancez un message aux fournisseurs actuels d’ajuster le tir.

Pour les nouveaux, ça leur permettra de vous préparer une offre qui se traduira par une relation profitable après avoir reçu votre commande.

9- Pour rassurer

Si vous êtes en phase d’implantation d’un nouveau système (ERP, WMS, SCM, CRM, RFID) ou si vous modifiez certains de vos processus, l’information régulière permettra de rassurer votre équipe et vos fournisseurs.

Par exemple et sans dévoiler votre stratégie, en partageant le fruit de vos recherches sur les conditions pour organiser une enchère inversée profitable pour toutes les parties, vous communiquez votre intention que ce processus soit gagnant-gagnant.  Vous contribuez ainsi à rassurer ceux qui ont vécu de mauvaises expériences dans le passé avec d’autres donneurs-d’ordres ou les nouveaux fournisseurs qui ne savent rien de ce processus de négociation électronique.

Le partage de votre vision en gestion de votre équipe et de l’intégrité de vos fournisseurs pourrait rassurer également les clients de votre entreprise.  Avez-vous déjà entendu parlé du programme C-TPAT ou PEP?

10- Pour recruter de nouveaux talents…

Un blog peut être utilisé explicitement pour faciliter le recrutement de ressources humaines.  Au-delà des mots, ce sont vos valeurs qui surgiront à travers vos billets et qui inspireront davantage; soit pour collaborer, soit pour travailler avec vous.

Les blogs ont démontré leur valeur pour attirer les talents dans les organisations.  Les jeunes talents qualifient souvent le niveau de culture Web2.0 d’une organisation avant de les approcher.  Les plus « allumés » vont même s’offrir pro-activement à des organisations qui les inspirent.

11- …ou pour attirer l’attention!

Les chasseurs de têtes sont très actifs dans le Web et dans certains réseaux spécialisés comme LinkedIn pour repérer des champions.  Souhaitez-vous améliorer votre sort?  Il existe plusieurs exemples en ce sens dans les blogs.

Qu’attendez-vous pour venir bloguer avec nous maintenant?

P.S.  Nathalie, qu’en penses-tu?

Venez FAIRE LA DIFFÉRENCE avec nous à Québec!

Sous le thème FAISONS LA DIFFÉRENCE, le prochain congrès national annuel de l’Association Canadienne des Gestionnaires en Approvisionnement (ACGA / PMAC) se tiendra à Québec du 3 au 5 juin prochain.

Dans le contexte économique actuel, les professionnels en approvisionnement sont dans une position stratégique pour FAIRE LA DIFFÉRENCE pour leurs organisations.  En plus de contribuer à améliorer les compétences professionnelles des gestionnaires en approvisionnement, le congrès est une opportunité unique de créer des liens privilégiés avec d’autres passionnés de la profession.

Pour FAIRE LA DIFFÉRENCE, le comité organisateur a décidé de mettre en place un blog dédié au congrès.  D’ici là, de multiples billets permettront aux intéressés de découvrir la programmation spéciale, les conférenciers d’envergure qui seront présents, les membres du comité organisateur sous un autre jour, les artistes inspirants qui seront des nôtres, les charmes de Québec et plein d’autres sujets intéressants.

Visitez régulièrement le blog ou inscrivez-vous au fil RSS.  Vous ne savez pas ce qu’est un fil RSS?  Jetez un coup d’œil sur ce court vidéo.  Avec un outil comme Netvibes ou Google Reader, vous pouvez organiser toutes vos sources d’information stratégiques dans un seul endroit à consulter.  Vous y gagnerez en temps, en efficacité et en plaisir d’être informé automatiquement.

Plus qu’un environnement pour diffuser de l’information, ce blog a été créé pour aider les professionnels en approvisionnement à améliorer leur compétence dans l’exploitation de l’internet à leur profit.  De par sa structure de programmation et la dynamique de communication qu’il stimule, un blog est nettement plus profitable qu’un site Web statique.

La profitabilité d’un environnement Web, quel qu’il soit, est proportionnel à l’animation de contenus de qualité qu’on y retrouve.  Un blog comprend justement une section dynamique qui « nourrit » les moteurs de recherche comme Google de mots clés pertinents de façon régulière et quelques sections d’informations complémentaires.  Pour les intéressés, il existe un livre très intéressant sur Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires.

Pour « goûter » à cette différence, nous vous invitons à commenter les billets pour exprimer vos idées et vos critiques constructives. Pour les plus audacieux qui ont du talent pour écrire, venez tout simplement bloguer avec nous!   N’ayez-pas peur!  Venez FAIRE LA DIFFÉRENCE avec nous.  Nous vous assisterons au besoin.  Vous y prendrez goût!

Québec – Une ville, une histoire, une inspiration!

Depuis quelques temps, je travaille en équipe avec Virginie, Angel, Amanda et Les à la naissance et la gestion du blog du prochain congrès annuel de l’ACGA (Association Canadienne des Gestionnaires en Approvisionnement) qui se tiendra à Québec en juin prochain.

Grâce au précieux concours de mon collègue Pierre du comité organisateur, j’ai suggéré à la direction de l’Office du tourisme de Québec de mettre leurs vidéos de promotion sur Youtube pour que les nombreuses organisations de congrès puissent les incorporer dans leur blog ou site respectif et ainsi séduire les participants qu’elles souhaitent inviter à leurs événements.  De cette façon, l’Office peut multiplier naturellement ses présences Web et les rétro-liens vers son site avec les bons mots clés et hyperliens associés à chaque vidéo.

Mon billet n’étant pas encore terminé pour le blog du congrès, voici donc un premier bijou tellement inspirant que je ne pouvais pas le garder égoïstement.   À vous de le savourer!

Merci Daniel et Éric de l’Office du tourisme de Québec pour votre ouverture, votre rapidité et votre précieuse collaboration.