Innovation, focus-clients et Design Thinking

N.B.  Je ne suis pas un expert de l’innovation, mais un curieux explorateur.

J’écoute, je pose des questions, j’expérimente, j’analyse, j’ajuste et je recommence. Surtout, je co-développe et co-apprends avec d’autres complices aussi curieux et passionnés.

Comme je n’ai pas la prétention de détenir la vérité, je partage aussi fréquemment que possible pour stimuler votre intelligence et vos feedbacks.  Ce sont les feedbacks qui nous permettent d’évoluer.  Voici donc quelques références et réflexions qui nourrissent mes analyses, qui influenceront mes actions et qui, je l’espère, vous inspireront d’une manière ou d’une autre.

a

R&D vs innovation

Dans la majorité des entreprises aujourd’hui, ce qu’on appelle innovation est plutôt un projet d’abord initié par l’équipe d’ingénieurs (R&D) et transféré ensuite vers les designers industriels pour qu’ils améliorent l’esthétisme et la facilité d’usage.  Il s’agit de développer des produits à pousser ensuite dans les marchés.

Toutefois, dans le contexte où ce sont les consommateurs et les acheteurs qui déterminent la dynamique d’une chaîne d’approvisionnement en « tirant » par leurs recherches et leurs exigences, que ces derniers ont de plus en plus de pouvoir à cause de l’internet, il devient impératif de positionner le design d’expériences clients à la genèse du processus d’innovation.  Lorsque nous y réfléchissons, nous n’achetons pas vraiment un produit ou un service, mais plutôt une expérience.

a

Le génie derrière les succès de Apple

Ce n’est pas Steve Jobs, mais Jony Ive qui était le principal catalyseur des plus importantes innovations chez Apple. Le livre Jony Yves: The genius behing Apple’s Greatest products révèle qu’il a fait migrer la culture d’innovation dominée par l’ingénierie à une culture d’innovation inspirée par le design.

Jony ne s’intéressait pas uniquement au design des objets, mais aussi à celui des écosystèmes (iTunes) et des processus.  Il a développé un processus de fabrication unique rendant Apple hyper-performante au niveau du temps et des coûts.  Sans que personne ne le réalise au départ, il a même inventé une nouvelle taxe liée à l’usage des applications développées par des tiers (app store).

a

Du design au design thinking

Plus qu’un travail sur les formes et l’esthétisme d’un produit, Tim Brown a défini les base d’un processus d’émergence de l’idée jusqu’à la commercialisation d’un produit appelé design thinking. Comme Bob Gratton, Tim Brown nous invite à Think Big 😉
Lisez la suite »

Problèmes de l’écosystème d’innovation au Québec

Pour faire suite au billet précédent et comme une priorité est une piste de solution à un problème,  je vous expose trois problèmes fondamentaux qui hypothèquent notre capacité à innover.

Je ne prétends pas détenir la vérité.  Je souhaite contribuer à identifier ces problèmes. Sinon, les solutions proposées risquent d’être de simples pansements temporaires sur des symptômes.

a

Absence de leadership créatif et inspirant en éducation

Sauf pour les industries numériques (logiciels et jeux), le Québec a surtout développé une culture davantage réactive que pro-active en innovation.

Inspiré des histoires épiques comme celle de Joseph-Armand Bombardier, c’est une culture d’inventeurs, de “patenteux” dans des “machine shop” et d’innovation ponctuelle dominée par l’ingénierie de produits et de services à « pousser » dans le marché qui prédomine; non une culture d’innovation divergente inspirée par le design d’expériences pour des clients qui recherchent (“tirent”) activement dans l’internet à l’échelle planétaire.

Ça commence à l’école!

Exposé de manière éloquente par Sir Ken Robinson, le niveau de créativité divergente est sensiblement le même à la naissance.  Malheureusement, il décroît avec un système d’éducation qui cherche plutôt à normaliser les compétences qu’à nourrir la créativité naturelle et à développer l’intelligence critique de nos jeunes.

La culture d’un peuple développe ses racines dans son éducation.  Pour être intelligente et innovante, une communauté ou une entreprise doit d’abord être apprenante.

Une équipe, une organisation ou une communauté est à l’image de son chef.

Depuis l’arrivée de Geoff Molson et de Marc Bergevin, le Canadien de Montréal est construit avec des joueurs qui ont du coeur et qui jouent en équipe.  Tony Hsieh, CEO de Zappos, a transmis “Adopt Holocracy or quit!”  à son équipe pour changer la culture de gestion de son entreprise . Le maire Régis Labaume a orchestré la métamorphose du visage et de la dynamique de la ville de Québec.


Lisez la suite »

Périscope numérique© : intelligent et universel

Cette nouvelle approche stratégique est appréciée et qualifiée par mes clients de « flyée ».   Elle permet de sortir la tête hors de l’eau et d’observer ce qui n’est pas détecté pour faire croître les résultats et/ou établir de nouveaux objectifs.

Un périscope permet de voir et de visualiser (scope) à proximité (peri).

Sa particularité est qu’il sort momentanément d’un environnement pour en examiner un autre.  Sans être détecté par la compétition, il permet de voir et de considérer de nouvelles menaces ou opportunités pour ajuster le tir, la direction et la profondeur.

Il y a une nuance entre voir et visualiser.  Voir les opportunités et les risques permet de les considérer pour alimenter autant les cerveaux humains que numériques. Visualiser permet de d’orienter et d’ajuster les gens, les processus et les systèmes en fonction des cibles identifiées.

Dans l’internet, la proximité qui compte n’est pas géographique, mais temporelle.  Il faut livrer des résultats aux moments et dans les canaux de communication préférés des clients.  Votre localisation n’a pas d’importance.

De plus, vos sources d’innovation et de croissance sont peut-être plus près que vous pensez et déjà à l’intérieur de votre “boîte”.
Lisez la suite »

Piloter à vue ou aux instruments

 

Un voyage à NYC mémorable

Pascal (nom fictif) avait obtenu son brevet de pilote à vue.  Il pouvait piloter un avion que lorsque les conditions du ciel permettaient de voir à l’horizon.

Au début des années 2000, il m’a offert d’aller en Cesna visiter le Internet World Show au Jacob Javits Center à New-York. J’aime l’aventure et j’ai sauté sur l’occasion.  Après m’avoir pris à l’aéroport de Drummondville, hop direction Terterboro.  Que c’est agréable de voir le paysage avec une nouvelle perspective et de se rendre à NYC rapidement.

À l’approche de New-York, nous pouvions observer les files d’avions qui attendaient leur confirmation d’atterrissage aux aéroports JFK et La Guardia.  Ouf!  C’était impressionnant et stressant en même temps.  Je suis resté silencieux pour permettre à Pascal de bien entendre les consignes du contrôleur aérien qui le guidait à l’approche de notre aéroport.
Lisez la suite »

Penser d’abord à l’intérieur de la boîte

Vous connaissez ce test où il faut relier les neuf(9) points par seulement quatre(4) traits droits qui se touchent sans lever le crayon?

Sortez des sentiers battus!  Pour innover, il faut penser en dehors de la “boîte”.  C’est ce que proclament plusieurs gourous en innovation.

Et si les pistes de solutions et d’innovations étaient déjà dans la “boîte” de votre passé, de votre entreprise et de votre réseau d’affaires.

Stephen King et Perry Marshall

Dans On writing, Stephen King décrit son processus qui le guide dans la rédaction de ses “best sellers”. Il partage que ses meilleures inspirations proviennent de son vécu.  Il compare la recherche des sujets et des scènes à de la spéléologie intérieure dans ses souvenirs.

Perry Marshall voue une admiration à Stephen King pour sa façon de décrire ses histoires.  Il propose de puiser également dans notre mémoire pour identifier des sujets évocateurs de “storytelling” dans les blogues ou infolettres. Quels sont les moments où vous avez senti un WOW après avoir dit ou réalisé quelque chose.

Enseigner comme vous aimez apprendre!

Dans son dernier livre «How to come up with great ideas and actually make them happen», Ewan McIntosh fait référence à Larry Rosenstock, fondateur de High Tech High.
Lisez la suite »

Peindre un tableau à SA façon!

Dans un des rares documents capturant le travail d’un créateur “live”, celui du Mystère de Picasso à réaliser ses oeuvres est particulièrement révélateur.

Il est captivant d’observer comment il gère son temps, l’espace pour livrer de la valeur et l’évaluation de son travail.

De façon aléatoire pour l’observateur et selon l’inspiration du créateur, ce dernier va ici et là avec sa main. Il prend le contrôle de la toile et exécute ses coups de crayon ou de pinceau selon une vision qui se clarifie progressivement.  Son processus de création est organique et systémique: non séquentiel.
Lisez la suite »

Pour être heureux: contrôle du temps, de l’espace et de l’évaluation

Une des raisons pourquoi je suis partie en affaires, c’était pour gérer mon temps et mes déplacements.  Je ne voulais pas avoir à justifier mes décisions.  Mes clients et mes résultats sont mes principaux indicateurs de succès et d’amélioration.

Je n’y avais jamais porté vraiment attention, jusqu’à la conférence (1h34) de Ewan McInstosh à Clair2012.

OK je suis entrepreneur pour avoir le contrôle sur le temps et l’espace, mais sur l’évaluation?  Oui!  Si je n’avais pas valorisé à mes yeux les habilités que j’ai développées de manière autodidacte pendant que mon entourage professionnel n’arrêtait pas de me décourager, j’aurais abandonné depuis longtemps.

Si Ewan vise à maximiser les apprentissages en redonnant ce contrôle aux apprenants, j’ai réalisé que la portée de cette découverte est encore plus importante.


Lisez la suite »

FOCUS20 – Reprogrammer les G.P.S. en éducation

1er octobre 2014 – Pour vous inscrire.

GPS pour se diriger et optimiser le chemin

Un GPS (Global Positionning System) nous permet de nous diriger rapidement dans un environnement inconnu et peut se reprogrammer selon de nouveaux paramètres.

Le G.P.S. (Gens Processus Systèmes) fait exactement la même chose et se reprogramme tout autant, mais pour une entreprise qui doit évoluer dans les environnements classiques et numériques.  Les connaissances et les habitudes des gens se reprogramment tout autant qu’une application numérique. Cette approche permet de générer autant de la valeur pour les gens que de la richesse pour les systèmes.

Affaires et éducation – symbiose naturelle et interdépendante

Ma première source d’inspiration pour lier le monde des affaires numériques à l’éducation est Patrick Giroux en janvier 2009. Dans la même journée et après avoir publié ce billet Internet ou le Web: des paradigmes à faire évoluer pour transiger!, Patrick y a fait écho en publiant celui-ci: Internet ou le Web: des connaissances à faire évoluer!  WOW!  Quelle synchronicité! Avais-je mis le doigt sur quelque chose d’important?


Lisez la suite »

Sortir d’un cul-de-sac après 9 ans

Il y en a qui sont véritablement plus patients que moi.   Un soir où nous étions assis devant son foyer à déguster un bon vin, mon ami Daniel me partage son ras-le-bol des “précieuses” qu’il trouve et qu’il rencontre via le site Réseau-Contacts.

Ça allait pour quelques temps, mais il ne réussissait pas à trouver l’âme soeur capable de partager sa passion pour la nature et pour son entreprise. Il en avait un peu marre et souhaitait de la complicité ailleurs qu’au lit.

Je lui ai proposé de brainstormer avec mon approche G.P.S. initialement imaginée pour trouver et qualifier un client ou fournisseur via Internet sans me déplacer et sans me faire arnaquer.
Lisez la suite »

Ma vision et celle de FOCUS20

Depuis quelques mois, je révise le focus de mes affaires et celui des réseaux que j’ai co-fondés avec de précieux complices.  Voici ce qui guidera dorénavant mes décisions et l’orientation de FOCUS20.

Je continue de faire évoluer ce réseau en complicité avec des professionnels de calibre international pour qui j’ai de l’admiration et un profond respect.

Vision

Développer et nourrir une intelligence humaine et numérique en développement des affaires avec 1% des chefs d’entreprises, conseillers stratégiques, professeurs et politiciens intègres, curieux d’apprendre, focus-client, écohérents et sans frontières.

Je « focus » à développer et à maximiser la synergie avec des leaders passionnés, « doers », intègres, curieux d’explorer de nouvelles frontières, en mode écoute active, avec un focus-clients et qui ont un impact sur la culture.

Je n’ai aucun intérêt à investir mon temps avec ceux qui ont le pied au-dessus de la pédale de frein, un agenda caché, qui cherche à se faire du capital politique ou protéger leur(s) système(s) à tout prix.

Pour mieux saisir la portée de la vision, voici quelques précisions:
Lisez la suite »