YULBIZ ou SWAFF, pourquoi choisir?

Même si je n’ai fait que passer, j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver les pros du Web et partisans des ex-Nordiques hier soir.  Habitant en plein centre, je peux facilement étancher ma SWAFF au pays du bonhomme Carnaval et revoir la gang du Yulbiz-Montréal avec le même plaisir.

Le Web étant tellement vaste et stimulant, le profil des professionnels, la dynamique et les discussions ne sont pas les mêmes à chaque endroit.  Si ça se synchronise lors de mon prochain passage chez mon frère, j’irai sûrement faire un saut à la Webschool-Orléans pour échanger avec nos cousins; un verre de pinard à la main.  Géographiquement parlant, Orléans est la « Drummondville de la France » ;-p)

Ce qui m’épate encore aujourd’hui, c’est cette même énergie et la volonté de refaire le monde qui nous allume tous.  Nous « voyons » des opportunités pour le développement des entreprises que ces dernières ne voient pas encore en 2009.  Ça ne cesse de m’étonner.

À l’instar du #1 de la zelist de Michelle qui a tant fait jaser cette semaine, un (ou une) passionné du développement Web peut bien être membre et actif dans plus d’un réseau simultanément.  Que chacun soit un peu chauvin de son patelin, c’est naturel.

Personnellement, je me fous du nom qu’un réseau peut porter dans la mesure où ça me permet d’apprivoiser des gens intéressants partageant un ou des intérêts communs.  De toute façon, j’ai toujours prétendu que le Web se développe sous les axes des intérêts et des langues;  non de la localisation des sources d’information.

Stimuler des rencontres et y apporter ma contribution synergique est une chose.  Donner naissance et gérer un OBNL en est une autre.  J’en connais quelques chapitres à ce sujet…

Bonne St-Valentin à toutes et à tous!

De la part de Nancy…

Commentaires

Sacré Luc va!

Je ne sais pas ce qui t’inspire ce billet, sauf le fait d’être entre les deux géographiquement et de vouloir défendre l’entre-deux.

Finalement, t’es le mieux placé pour profiter des deux 5à7 mensuel.

Finalement, Drummond, c’est le centre de gravité du Québec. Le résultat d’une analyse spatiale centrographique qui tient compte de la localisation/dispersion géographique ainsi que du poids (pondération) des activités pour trouver le point central, le point d’équilibre.

Location, location, location!


C’était un simple clin d’oeil amical pour souligner la St-Valentin. Pour la localisation, nous sommes vraiment situés au centre des passionnés Web du Québec! ;-p


En fait je pense qu’il y a une méprise entre les 2 types d’évènements:
Yulbiz se veut dédié à « tous » les professionnels qui utilisent ou souhaitent utiliser les blogs pour communiquer avec leurs clients, employés, réseaux etc.. Même si au lancement il y a trois ans, Yulbiz était en grande majorité fréquenté par des pros du web et du marketing, désormais nous avons réussi à nous démarquer de cette image techno qui nous collait à la peau et rassemblons des professionnels de toutes industries confondues. On pourrait ajouter aussi que Yulbiz est très teinté web 2.0 et réseaux sociaux.
Swaff, qui il faut le préciser était initialement Yulbiz Québec, a préféré s’orienter vers le web en général ce qui est très différent comme approche.
Et puis le terme « yul » dans un évènement à Québec ne plaisait pas à beaucoup de personnes.


Heureux hasard, c’est ton anniversaire et c’est toi qui me fait un cadeau par ton commentaire. ;-p Merci pour ces précisions.

Pour renchérir, il y a sûrement le fait que la densité de blogueurs d’affaires et d’animateurs Web2.0 n’est pas aussi importante dans la vieille capitale.

J’y vois également un parallèle avec la naissance d’un projet Web2.0 et son évolution dans le temps. Il s’agit davantage d’une aventure où le cap peut changer que d’un voyage avec un itinéraire fixe.

Comme précise l’étude de Jim Collins, il préférable de définir les gens de qualité qui seront dans « l’autobus » avant de déterminer la destination. Je crois que dans les deux cas, il y a des professionnels de qualité. La destination changera sûrement en cours de route.


Salut Luc,

Très bon point car, en tant que drummodnvillois également, nous sommes bien situés pour profiter des deux événements et ce, même si je n’ai pas eu la chance d’aller voir mes amis de Québec encore !

Je crois que les façons de penser sont différentes et il est bien que chacun ait sa façon de se rencontrer. Même au hockey, c’était différent ! C’est ce qui fait le charme des deux villes ! ;o)


@ Yves De plus, nous avions de la connexion haute-vitesse à une époque, pas si lointaine, où les « banlieues » de Drummondville n’avaient que du « dial-up » 😉

Le prochain rendez-vous à Québec est le 12 mars. Si tu es disponible et que tu veux un « lift », tu sais comment me rejoindre. Je serai au Yulbiz mardi prochain, mais déjà à Montréal à ce moment.

Pour le hockey et même si Frank fait du mauvais sang parce qu’il en arrache ces temps-ci, seul Montréal a encore un « vrai » club ;-p


Allo Luc,
Voilà, je fais mes devoirs.
Tu as apporté une généreuse contribution en ce vendredi 20 février !
Toute une journée !
Salutations !


@Laval Merci pour ton premier commentaire officiel dans un blog. Toutes mes félicitations. Reste maintenant à te dégourdir les neurones et commencer le tien ;-p

Écrire un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)