Social media harmful to your health?

Pendant le Webcamp tenu à Québec mardi dernier, une question de Simon Bédard m’a interpellé.  En substance, Simon s’interrogeait si une connexion quasi permanente au Web (bureau, maison et mobile) n’avait pas un impact négatif sur notre équilibre de vie?

En fait, ça m’a rappelé le billet de King Siu: un sympathique collaborateur de l’ACGA.  Il a apporté son précieux concours au succès du blog du congrès annuel que j’avais initié.  Parce que je le trouve complet en soi, voici donc son billet original qui m’avait fait réagir au départ, mais qui nous donne de précieuses pistes de réflexion.

“Isn’t it always the case that as soon as you start something you see it everywhere? You learn a new word and suddenly it is in every book, magazine, blog and email you read! It was probably there before but now you are aware of it. Such is the case as we continue our blog experience as we journey to the National Conference. Social media is a hot topic!

No one can dispute that Web 2.0 and social media have revolutionized the way that we network. With so many social media sites available, LinkedIn, Facebook, Twitter, MySpace, people can build their professional networks faster than ever before and can do so with no geographical limitations. But with all new technology there can be unforeseen side-effects.

An article that appeared in the February 2009 issue of the academic journal Biologist warns that there may be a link between social media and serious health ailments. The problem appears to stem from the negative physiological changes that happen to the body and mind when people reduce the amount of time they actually spend interacting with people face-to-face and increase the amount of time spent on virtual interaction.

Listen to the author of the article, Dr. Aric Sigman, speak in a BBC interview about his findings.

As with most things in life, moderation appears to be the key. Be sure to mix in a “healthy” dose of traditional face-to-face interaction in your professional networking activities.”

Commentaires

Bonjour Luc,

À titre d’aidante professionnelle, il va de soi qu’un tel sujet interpelle grandement mon intérêt!

Je crois sincèrement que la dernière phrase du billet de King Siu vaut nettement son pesant d’or – non seulement en regard à notre connexion sur le Web, mais concernant aussi la majorité des choses de la vie:

“As with most things in life, moderation appears to be the key. Be sure to mix in a “healthy” dose of traditional face-to-face interaction in your professional networking activities.”

La modération – ou comme je me plais souvent à dire: la “raisonnabilité” – voilà à mon avis le facteur clé d’une vie saine et équilibrée.

Amitiés,
Chantal


Dans les commentaires qui ont suivi ce billet, King et moi avons échangé sur son contenu. En voici quelques uns que j’avais écrits:

Même si je ne suis pas un scientifique, je crois que l’étude ne tient pas compte d’un détail important: l’impact récent des environnements Web 2.0 pour rassembler les gens autour d’intérêts communs.

Par exemple, de plus en plus de personnes retraitées et âgées s’inscrivent à des réseaux comme Facebook pour garder le contact avec les membres de leur famille, pour briser leur solitude ou initier de nouvelles “Tribus”. Est-ce que cela contribuera à améliorer leur santé? Du moins, je l’espère!

J’ai assisté récemment au concert U23D au théâtre Imax de Québec. Tout à fait génial! Tout le plaisir dans un siège confortable, sans avoir à subir les heures d’attentes, avec une meilleure expérience audio et visuelle.

Évidemment, rien ne vaut les contacts avec les amis autour d’une bonne table ou lors d’une rencontre “offline”. Ce sont des moments précieux de communications 3D dans un même lieu physique. Ils contribuent à bonifier les communications “onlines” et vice versa.

Dans un avenir pas si lointain, est-ce que les communications “holographiques” compenseront la présence “physique” et auront un impact positif sur la santé des individus? À suivre…

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)