Archives septembre 2012

Communiquer, calculer, capitaliser pour être et avoir.

C’est le partage du merveilleux texte de la chanson « Avoir et être » de Yves Duteil par ma mère qui m’inspire.

En cherchant constamment à trouver les verbes les plus significatifs pour stimuler et pour propulser les chefs de nos PME en affaires numériques, j’en suis venu à la conclusion que ce que nous faisons principalement sur terre est de communiquer, de calculer et de capitaliser.

Communiquer pour être avant d’avoir

Parce que nous vivons et évoluons en société, parce que le commerce est le fruit de communications menant à des transactions, parce qu’Internet n’est pas un médias ou un outil, mais un environnement de communication entre humains et systèmes, ce sont principalement nos habilités en communication qui nous permettent de passer un agréable séjour sur terre.

Quelques habilités à développer pour améliorer l’impact de nos communications et pour d’abord être avant de chercher à avoir:

  • les langues (humaines et systèmes) pour pouvoir communiquer avec le maximum de personnes et de systèmes.   C’est également une très grande marque de respect envers nos clients que de pouvoir parler leur(s) langue(s),
  • la culture générale pour contextualiser nos propos et élargir nos horizons,
  • l’histoire pour connaître les racines qui ont façonné notre parcours et pour éviter de répéter nos erreurs.
  • les arts (musique, peinture, littérature) pour imager nos pensées, stimuler notre capacité d’innover et inspirer les autres

La diffusion sans « feedback » n’est pas de la communication

Il s’agit d’un monologue.  Combien de messages recevez-vous sans y répondre?  Combien recevez-vous de courriels où vous êtes en CC sans savoir pourquoi? Combien de transmissions sont suivis par un silence infini et interprétable?

Les technologies 2.o combinées aux appareils mobiles font que les gens disposent d’une capacité de diffuser comme jamais auparavant.  Toutefois, ce flux de messages est malheureusement trop souvent associé à de »l’égocasting et non à une invitation à converser.

En communication, la première habilité à développer est le savoir-écouter pour comprendre et pour agir.

Calculer pour choisir d’être et d’avoir

Vous avez accepté de lire ce billet parce que, consciemment ou non, vous avez évalué qu’il méritait que vous y consacriez de votre précieux temps.  Je vous en remercie chaleureusement en passant.

Vous décidez de participer à FOCUS20 ou WEB2BIZ après avoir calculé et choisi de confirmer votre présence.  Toutes nos décisions sont le fruit de calculs plus ou moins précis.  Les décisions intuitives sont prises après un certain calcul rapide.

Ce qui se mesure peut se gérer. 

Plus vous améliorerez votre capacité de calcul, meilleure sera votre capacité à gérer.   Par exemple, au-delà des mathématiques de base permettant de concevoir des tableaux de bord, qui connaît l’Équilibre de Nash étroitement lié à la théorie des jeux et pouvant être utile dans l’analyse des dynamiques d’enchères?

S’inspirer des leaders!

Les résultats qu’obtiennent Amazon et Google ne sont pas le fruit du hasard, mais d’algorithmes mesurant constamment des indicateurs de performance liés à la qualité de l’expérience offerte aux clients.

Disposez-vous d’un tel écosystème pour vous permettre de générer une certaine intelligence à partir de données inertes sur vos systèmes et/ou des flux gargantuesques de données circulant constamment dans l’Internet?

Négocier pour avoir

Dans la signature d’un de mes bons contacts, j’y ai intercepté cette phrase qui m’inspire depuis:  « Nous n’avons pas ce que nous méritons, mais ce que nous négocions.  »

En négociation numérique, qui sont les chefs d’entreprises et les responsables en approvisionnement dans la francophonie maîtrisant les bases, les conditions favorables et les dynamiques d’un enchère inversée?

Capitaliser notre être et notre avoir

Le  capital est défini comme suit dans Wikipédia:  Richesse qu’on utilise pour en produire de nouveaux biens ou revenus.

Naturellement, on a tous à l’esprit le capital financier. En affaires, c’est le principal capital qui est valorisé.  Évidemment, pour pouvoir l’évaluer, il faut pouvoir le comptabiliser.  Si nous ne capitalisons pas, nous consommons.  Pour consommer, il faut du capital.

Nos amours, notre famille, notre réseau de contacts, notre santé, nos émotions, notre spiritualité et nos habilités constituent tous des capitaux précieux à développer, à cultiver et à accroître.  Leur équilibre est un « couteau suisse » vous permettant d’intervenir pour convertir des défis en opportunités.

Que préférez-vous comme capital?  Des êtres ou des avoirs autour de vous?

 

Être pour avoir et avoir pour être!

 « Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés. »


 

Pour conclure, en plus de composer avec ces deux verbes puissants, il importe également de savoir les conjuguer.

Pour vous inspirer et d’un auteur inconnu:  « Oublie ton passé, qu’il soit simple ou composé, Participe à ton Présent pour que ton Futur soit Plus-que-Parfait »

Merci maman!  Je t’aime et suis très fier de toi!

Pour des ventes bien réelles, améliorez vos stratégies virtuelles

C’est le titre d’une conférence que je donnerai ce midi à des entreprises desservies par le CLD de L’Érable dans la région des Bois-Francs.

Je tiens d’ailleurs à remercier Marc Poulin pour cette opportunité qui, en utilisant une expression propre au hockey, m’a fait une « passe sur la palette ».

« Speed coaching »

Après avoir mis la table sur l’importance d’améliorer leur vision et leur littératie GPS (Gens, Processus et Systèmes) en affaires numériques, je leur partagerai mes observations préliminaires sur chacun de leur site Web.  C’est une petite surprise que je leur réserve.

Cet exercice m’a, encore une fois, démontré les frontières profondes de leurs savoirs en affaires numériques.  Curieusement, l’entreprise que je soupçonne disposer de la plus intéressante littératie en affaires numériques du groupe a le site le moins attrayant.

Voici quelques constats que je leur partagerai:


Lisez la suite »

Analphabétisme, illittératie et amétropie en affaires numériques

Jeudi soir dernier, j’ai participé à un panel très intéressant organisé par la VETIQ sur des questions liées au développement de l’industrie des technologies d’information à et au Québec.

Ce panel regroupait trois professionnels allumés, articulés et respectueux: madame Agnès Maltais, messieurs Mario Asselin et Clément Gignac.

Merci à vous trois pour votre contribution et votre engagement à améliorer notre richesse collective.

Intéressant, mais…

Sauf pour monsieur Asselin lorsqu’il est question d’éducation, j’ai rapidement senti les limites de leurs savoirs en matière d’affaires numériques.  Ils ont évidemment abordé la question du financement de nouvelles entreprises, de la recherche et du développement d’outils informatique.

Toutefois, il n’a été nullement question des processus d’affaires numériques de classe mondiale que les PME doivent maîtriser et, trop discrètement, de l’état lamentable en littératie numérique des chefs d’entreprises, de leurs conseillers stratégiques, des leaders politiques au Québec et de nos dirigeants.

80 à 90% de temps non-rentable?


Lisez la suite »