Archives novembre 2015

Innovation, focus-clients et Design Thinking

N.B.  Je ne suis pas un expert de l’innovation, mais un curieux explorateur.

J’écoute, je pose des questions, j’expérimente, j’analyse, j’ajuste et je recommence. Surtout, je co-développe et co-apprends avec d’autres complices aussi curieux et passionnés.

Comme je n’ai pas la prétention de détenir la vérité, je partage aussi fréquemment que possible pour stimuler votre intelligence et vos feedbacks.  Ce sont les feedbacks qui nous permettent d’évoluer.  Voici donc quelques références et réflexions qui nourrissent mes analyses, qui influenceront mes actions et qui, je l’espère, vous inspireront d’une manière ou d’une autre.

a

R&D vs innovation

Dans la majorité des entreprises aujourd’hui, ce qu’on appelle innovation est plutôt un projet d’abord initié par l’équipe d’ingénieurs (R&D) et transféré ensuite vers les designers industriels pour qu’ils améliorent l’esthétisme et la facilité d’usage.  Il s’agit de développer des produits à pousser ensuite dans les marchés.

Toutefois, dans le contexte où ce sont les consommateurs et les acheteurs qui déterminent la dynamique d’une chaîne d’approvisionnement en « tirant » par leurs recherches et leurs exigences, que ces derniers ont de plus en plus de pouvoir à cause de l’internet, il devient impératif de positionner le design d’expériences clients à la genèse du processus d’innovation.  Lorsque nous y réfléchissons, nous n’achetons pas vraiment un produit ou un service, mais plutôt une expérience.

a

Le génie derrière les succès de Apple

Ce n’est pas Steve Jobs, mais Jony Ive qui était le principal catalyseur des plus importantes innovations chez Apple. Le livre Jony Yves: The genius behing Apple’s Greatest products révèle qu’il a fait migrer la culture d’innovation dominée par l’ingénierie à une culture d’innovation inspirée par le design.

Jony ne s’intéressait pas uniquement au design des objets, mais aussi à celui des écosystèmes (iTunes) et des processus.  Il a développé un processus de fabrication unique rendant Apple hyper-performante au niveau du temps et des coûts.  Sans que personne ne le réalise au départ, il a même inventé une nouvelle taxe liée à l’usage des applications développées par des tiers (app store).

a

Du design au design thinking

Plus qu’un travail sur les formes et l’esthétisme d’un produit, Tim Brown a défini les base d’un processus d’émergence de l’idée jusqu’à la commercialisation d’un produit appelé design thinking. Comme Bob Gratton, Tim Brown nous invite à Think Big 😉
Lisez la suite »

Nos cellules, nos mentors

Ce billet est destiné aux curieux qui veulent apprendre ensemble pour évoluer et innover en organisation intelligente pour co-créer.

L’évolution est le fuit de notre capacité à apprendre ensemble pour nous améliorer individuellement et collectivement.  Notre évolution est-elle aléatoire ou programmée?

L’infiniment petit nous apporte des pistes de réflexions très inspirantes.

a

Un couteau suisse avec 5 lames étonnantes

L’auteur (Perry Marshall) du livre Evolution 2.0 fait la démonstration que nos cellules disposent de codes, d’un langage, de systèmes de communication et de mécanismes de reprogrammation extrêmement sophistiqués et puissants.

Appuyé par une impressionnante revue de littérature scientifique et par des échanges avec des milliers de personnes d’allégeances diverses, il met en lumière cinq (5) processus prouvés scientifiquement qui démontrent l’intelligence et la créativité systémiques des cellules.

1- Les cellules ré-organisent (éditent) leur ADN (composé de multiples codes) selon des règles précises par un processus appelé « Transposition »

2- Les cellules échangent des parties d’ADN avec d’autres cellules par un processus appelé « Horizontal Gene Transfer »

3- Les cellules activent ou désactivent un code pour elles-mêmes ou pour leurs progénitures par un processus appelé « Epigenetics »

4- Les cellules se fusionnent et coopèrent par un processus appelé « Symbiogenesis »

5- Espèces 1 + Espèces 2 = Nouvelles Espèces.  Ce processus s’appelle « Hybridization » (duplication des génomes)

a

« Symbiogenesis » = WOW!

De tous ces processus, la symbiogenèse m’impressionne et me captive.  Imaginez, les cellules sont capables de créations coopératives : symbio (coopération) et genèse (création).  Ce processus peut engendrer des sauts d’évolution aussi soudains que phénoménaux.

Les cellules communiquent entre elles et éditent leurs génomes avec un langage incroyablement sophistiqué: un genre de Esperato « bactériel » (chimique).  Ils vivent en colonies avec des rôles assignés et une allégeance au groupe.  Elles se comportent un peu comme des fourmis ou des abeilles.

a

Dans nos organisations

Par analogie et comme une organisation est vivante, lorsque nous rencontrons une situation où le modèle actuel a cessé de fonctionner, devons-nous…

1- ré-arranger les départements existants?

2- copier de nouveaux éléments d’organisations similaires?

3- simplement fermer ou activer des composantes que nous avons déjà?

4- fusionner 2 organisations similaires?

5- intégrer de nouveaux éléments à l’intérieur de notre organisation?

a

Une 6e lame :  l’apoptose!

Pour une raison inconnue, Perry n’aborde pas ce phénomène en profondeur et pourtant…

L’apoptose (ou la mort cellulaire programmée) est le processus par lequel des cellules déclenchent leur auto-destruction en réponse à un signal. (Source Wikipédia)

Dans son livre “APOPTOSE TECHNOLOGIQUE : LA iPERSONNE ET LA VOLONTÉ DE PUISSANCE”, l’auteur (Pierre Fraser) propose une définition au sens figuré très intéressante:

 “L’apoptose (ou la mort sociale programmée) est le processus par lequel des constructions sociales déclenchent leur autodestruction en réponse à un signal économique, politique ou technologique”

Son essai philosophique expose une réflexion unique et précieuse pour comprendre le chaos social dans lequel le numérique nous entraîne subtilement, rapidement, voire même sournoisement.

Les quatre(4) types d’auto-destruction qu’il décrit l’amène à conclure que “/… l’homme est en train de se réécrire lui-même à travers les technologies numériques…”  Mieux comprendre nous permet de mieux nous adapter aux changements et de programmer notre évolution pour nous améliorer ensemble.

Comme l’auteur m’a confié la gestion de la licence pour ce livre, ainsi que de ses prestations publiques, si vous souhaitez en avoir une copie ou inviter M. Pierre Fraser pour une conférence, écrivez-moi tout simplement.

Si vous avez un Kindle, vous n’avez qu’à me transmettre l’adresse courriel unique associée à votre Kindle (voir dans vos paramètres).  Ainsi, je pourrai vous « livrer » le livre directement sur votre appareil.

a

Organisation sans bureaux pour équipe sans frontières

Les technologies numériques transforment les individus et les organisations.   Dans cet esprit, je donnerai une conférence 8 décembre prochain à Québec sur le thème Organisation sans bureaux pour équipe sans frontières.

Les deux questions à l’origine de cette réflexion sont:

Peut-on gérer une équipe de comptables ou de bureaucrates comme une équipe de programmeurs informatiques?

Comment gérer des équipes de manière asymétrique et asynchronisée?

La conférence partagera le fruit d’une expérimentation avec une quinzaine de professionnels de calibre international répartis sur neuf(9) fuseaux horaires.

a

Apprentissage aléatoire ou programmé?

À la base de chaque communication, il y a une intention.  Inspiré de nos cellules intelligentes, quelles sont nos intentions d’apprendre et de co-créer ensemble?

– Est-ce le fruit d’une expérimentation laissée au hasard qui, comme l’auteur la prouvé, n’aboutit qu’à de l’entropie informationnelle et une perte d’énergie?  ou

– Est-ce que nous devons d’abord réfléchir et établir les codes, le langage commun, les systèmes de communications et les mécanismes de reprogrammation?