Louis Naugès: révolution industrielle informatique

Même s’il a plutôt la taille de Panoramix, Louis Naugès est l’Obélix de l’informatique.  Il tombé dans la marmite des systèmes d’information il y a plus de 30 ans.

Passionné de l’évolution des technologies d’information et de leurs usages, il est un “early adopter” à exploiter le potentiel des solutions cloud en affaires.  En 2007 il a co-fondé la société Revevol et, par la suite, est devenu le plus important Google Business Partner au monde.

Il n’y a pas de hasard dans la vie

Mon frère Sylvain habite Orléans depuis plus de 20 ans maintenant.  Lors de ma visite chez lui au printemps 2008, en plus de découvrir mon point G, j’ai intercepté la publicité d’une conférence donnée par Louis Naugès. Histoire d’apprécier où nos cousins en étaient rendus avec l’exploitation de l’internet pour les affaires, je suis allé écouté attentivement ce professionnel.

En plus de découvrir cet évangéliste d’exception, j’ai apprécié sa rigueur, son savoir et son humour. Nous avons eu quelques échanges intéressants durant sa conférence.  Depuis, nous avons nourrit une communication mutuellement stimulante.

RTID et le cloud

Le Réseau T.I. Drummond est un groupe privé de gestionnaires des systèmes d’information des principales entreprises manufacturières de ma région.  Ce réseau existe depuis 2002.

Lorsque je leur avais présenté les Google Apps que j’utilisais en 2007, les membres ont eu la même réaction que les chefs d’entreprises lorsque je leur parlais du potentiel d’affaires dans l’internet en 1996:  pfff!  Ce n’est pas pour nous, non merci.

Curieusement, depuis quelques années, leur regard sur le potentiel des technologies et des usages cloud en affaires a beaucoup changé.  Histoire de nourrir leur réflexion et d’avoir une perspective unique de cette révolution industrielle informatique, je leur ai proposé d’inviter Louis Naugès à nous partager sa lecture de la situation et ce qu’il anticipe dans un avenir rapproché.

Cloud: pas si, mais quand!

 Voici donc sa présentation qu’il a eu la générosité de nous partager.

 

 

Personnellement, j’ai beaucoup apprécié la distinction qu’il fait entre les usages Business et Support ainsi que les Infrastructures.  Encore aujourd’hui, il n’est pas rare de constater que 50% du temps d’un gestionnaire en systèmes d’informations d’une PME est consacré à gérer les licences Microsoft et le support aux usagers.  Ce temps n’ajoute aucune valeur aux clients de l’entreprise.  Imaginez le potentiel si ce temps était plutôt consacré à développer de nouvelles applications au coeur des intérêts des clients et de l’entreprise.

J’ai également apprécié la migration des investissements en capital (CAPEX) en dépenses d’opération (OPEX).  Ce changement peut diminuer temporairement l’actif, mais procurer un effet de levier pouvant générer de nouvelles valeurs.  La comparaison entre Netflix et Zynga était éloquente.

Merci Louis!

Je tiens à remercier chaleureusement monsieur Louis Naugès pour sa précieuse collaboration au succès de cette conférence.  Je le recommande à toute organisation qui souhaite profiter de cette révolution informatique pour faire évoluer sa culture de gestion et d’innovation.

Vos questions!

Histoire que ces échanges profitent à plusieurs, je vous propose de partager vos questions dans les commentaires.  Ainsi, Louis pourra y répondre selon sa disponibilité peu importe où il se trouve sur notre petite planète.  Si la réponse est un billet qu’il a déjà écrit, il pourra facilement l’intégrer pour y référer.

Pour lancer le bal, quelques questions me viennent à l’esprit :

Dans l’industrie manufacturière, existe-t-il des études démontrant l’impact de cette migration des $ (ou €) CAPEX en OPEX sur l’innovation de nouveaux procédés, processus et/ou produits?  

Existe-t-il des études démontrant que ce changement de culture majeur et un focus des ressources dans les métiers plutôt que dans les supports technologiques est générateur d’innovations et de valeurs?

Jusqu’à quel point les entreprises qui n’adopteront pas l’agilité des environnements cloud ne perdront pas leurs meilleurs talents et/ou que cet environnement d’une autre époque constituera un frein pour accueillir les meilleurs?

Le parallèle entre l’évolution des fournisseurs d’électricité et d’informatique est très intéressant.  À l’instar de Tesla Powerwall et avec les technologies d’énergie renouvelable, il y a une tendance émergente à produire l’électricité sur le lieu de consommation.  Avec l’amélioration croissante des bandes passantes combinée à la puissance d’hébergement et de calcul des équipements qui ne feront que croître et les coûts de réduire, verra-t-on bientôt l’émergence de véritables cloud privés?

 

 

Périscope numérique© : intelligent et universel

Cette nouvelle approche stratégique est appréciée et qualifiée par mes clients de “flyée”.   Elle permet de sortir la tête hors de l’eau et d’observer ce qui n’est pas détecté pour faire croître les résultats et/ou établir de nouveaux objectifs.

Un périscope permet de voir et de visualiser (scope) à proximité (peri).

Sa particularité est qu’il sort momentanément d’un environnement pour en examiner un autre.  Sans être détecté par la compétition, il permet de voir et de considérer de nouvelles menaces ou opportunités pour ajuster le tir, la direction et la profondeur.

Il y a une nuance entre voir et visualiser.  Voir les opportunités et les risques permet de les considérer pour alimenter autant les cerveaux humains que numériques. Visualiser permet de d’orienter et d’ajuster les gens, les processus et les systèmes en fonction des cibles identifiées.

Dans l’internet, la proximité qui compte n’est pas géographique, mais temporelle.  Il faut livrer des résultats aux moments et dans les canaux de communication préférés des clients.  Votre localisation n’a pas d’importance.

De plus, vos sources d’innovation et de croissance sont peut-être plus près que vous pensez et déjà à l’intérieur de votre “boîte”.
Lisez la suite »

Piloter à vue ou aux instruments

 

Un voyage à NYC mémorable

Pascal (nom fictif) avait obtenu son brevet de pilote à vue.  Il pouvait piloter un avion que lorsque les conditions du ciel permettaient de voir à l’horizon.

Au début des années 2000, il m’a offert d’aller en Cesna visiter le Internet World Show au Jacob Javits Center à New-York. J’aime l’aventure et j’ai sauté sur l’occasion.  Après m’avoir pris à l’aéroport de Drummondville, hop direction Terterboro.  Que c’est agréable de voir le paysage avec une nouvelle perspective et de se rendre à NYC rapidement.

À l’approche de New-York, nous pouvions observer les files d’avions qui attendaient leur confirmation d’atterrissage aux aéroports JFK et La Guardia.  Ouf!  C’était impressionnant et stressant en même temps.  Je suis resté silencieux pour permettre à Pascal de bien entendre les consignes du contrôleur aérien qui le guidait à l’approche de notre aéroport.
Lisez la suite »

Quirky: trou noir ou opportunité à saisir?

Suite à ce reportage (12e minute) d’Infoman, un inventeur a proposé son invention développée par un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) à Quirky.  Dans ce second reportage (5:58), l’inventeur mentionne qu’il a proposé son produit à Quirky après des tentatives infructueuses ici.

Quirky pourrait bien simplifier ce qui l’étouffe ici.

Invent – Influence – Shop

Quirky c’est 417 produits développés, une communauté de plus de 1 million d’inventeurs, un rythme de 3 nouveaux produits par semaine, 181 employés, un partenariat avec GE (et bien d’autres) et des ententes avec des distributeurs numériques et conventionnels répartis mondialement.


Lisez la suite »

Penser d’abord à l’intérieur de la boîte

Vous connaissez ce test où il faut relier les neuf(9) points par seulement quatre(4) traits droits qui se touchent sans lever le crayon?

Sortez des sentiers battus!  Pour innover, il faut penser en dehors de la “boîte”.  C’est ce que proclament plusieurs gourous en innovation.

Et si les pistes de solutions et d’innovations étaient déjà dans la “boîte” de votre passé, de votre entreprise et de votre réseau d’affaires.

Stephen King et Perry Marshall

Dans On writing, Stephen King décrit son processus qui le guide dans la rédaction de ses “best sellers”. Il partage que ses meilleures inspirations proviennent de son vécu.  Il compare la recherche des sujets et des scènes à de la spéléologie intérieure dans ses souvenirs.

Perry Marshall voue une admiration à Stephen King pour sa façon de décrire ses histoires.  Il propose de puiser également dans notre mémoire pour identifier des sujets évocateurs de “storytelling” dans les blogues ou infolettres. Quels sont les moments où vous avez senti un WOW après avoir dit ou réalisé quelque chose.

Enseigner comme vous aimez apprendre!

Dans son dernier livre «How to come up with great ideas and actually make them happen», Ewan McIntosh fait référence à Larry Rosenstock, fondateur de High Tech High.
Lisez la suite »

CPA, avez-vous besoin d’un PRO?

#CampagneCPA

En bordure de nos routes, l’Ordre des Comptables Professionnels Agréés du Québec (CPA) a déployé une campagne promotionnelle que j’adore!  Je trouve qu’elle vivifie une profession essentielle pour le succès des entreprises.

Elle m’a inspiré à leur écrire cette lettre …

Chers PROfessionnels de la traçabilité et de la mesure dans les entreprises,

Vos clients sont des PROies trop faciles pour les fournisseurs de services Web et numériques.

Un de mes clients possède plusieurs entreprises et a une équipe d’experts en technologie de l’information.  Il m’a récemment lancé un véritable cri du coeur:  “Comment faire pour ne pas se faire f….. par un fournisseur de services Web?”.

Je ne compte plus le nombre de chefs d’entreprises ayant investit dans des systèmes sensés améliorer leur PROfitabilité et qui n’ont généré que des PROblèmes. Malheureusement, une inversion de la séquence Gens, Processus et Systèmes (G.P.S.) ne favorise que les vendeurs de “solutions”; non la richesse et la valeur de vos clients.
Lisez la suite »

Premier FOCUS20 – satellite “live”

Le prochain FOCUS20 – Entreprise sans bureau pour équipe sans frontières se tiendra au Centre-du-Québec (Drummondville) le 02 décembre prochain.  Simultanément, nous expérimenterons le premier FOCUS20 – satellite “live” à Québec.

Synergiser sans se déplacer

Grâce à la précieuse complicité de Kim Auclair, propriétaire de l’Espace NIVITI, ainsi que de Pascal Veilleux et de Caroline Gagnon de NSI Solution Inc., les participants de la grande région de Québec pourront synergiser ensemble et avec les participants de Drummondville sans se déplacer.

Pratico-pratique, les participants présents au FOCUS20 – satellite de Québec pourront entendre les conférences et les échanges entre les participants présents à Drummondville. Toutefois, ces derniers ne pourront pas entendre ceux de Québec tout simplement pour éviter la cacophonie.

Les participants présents au FOCUS20 – satellite de Québec pourront échanger entre eux et communiquer avec ceux de Drummondville via Twitter avec les mots-clics #focus20 combiné de #question, #comments ou #humour.

Co-apprendre en expérimentant

En lien avec le thème de notre événement, même si c’est toujours un plaisir d’accueillir nos fans et les passionnés curieux de Québec, nous souhaitons figurer comment nourrir une synergie régionale et une intelligence collective plus globale.

En complément des participants de Québec, nos complices professionnels situés à Vancouver, en Gaspésie et à Paris pourront se joindre à nous au même moment ou par la suite.  Avec notre “cousin” de France et comme notre événement sera enregistré, nous songeons à expérimenter une formule de FOCUS20 – satellite “en diffféré” … à suivre!

Kim Auclair – une entrepreneure curieuse et une média

Chaque préparation d’un FOCUS20 génère son lot d’opportunités pour “masterminder” avec des professionnels aussi passionnés que compétents.  J’ai eu le privilège de collaborer avec Kim en 2010 pour préparer et réaliser ce FOCUS20 – Mentorat 2.0 .  Nos échanges continuent de m’inspirer aujourd’hui.

Avec ses communications régulières depuis des années et l’évolution de son réseau de contacts, Kim Auclair me fait drôlement penser à Michelle Blanc.  Elles sont aussi différentes qu’uniques.

Même si elles ont les compétences pour intervenir professionnellement dans les entreprises pour des objectifs différents, qu’elles ont chacune leur style et que ce sont des entrepreneures, je les vois davantage comme des médias que comme des consultantes.

Je suis ravi que nos chemins se croisent à nouveau.  J’ai déjà hâte au post-mortem de notre expérience ;-)

Zappos: gérer son entreprise comme une ville

En 2009, Amazon a acheté Zappos pour près d’un milliard.  Ce que Jeff Bezos a acheté n’est pas un simple site Web pour vendre des chaussures.  Ce qu’il a acheté, c’est la culture, les valeurs et l’obsession des fondateurs de Zappos à être à l’écoute et à livrer des WOW aux clients.

Provoquer un “flat” à une organisation qui roule!

En décembre 2013, Zappos annonçait son intention d’éliminer les titres et les gestionnaires pour les remplacer par des cercles plus organiques.  Vive l’holocratie!  Tout le monde est co-responsable et imputable.
Lisez la suite »

Peindre un tableau à SA façon!

Dans un des rares documents capturant le travail d’un créateur “live”, celui du Mystère de Picasso à réaliser ses oeuvres est particulièrement révélateur.

Il est captivant d’observer comment il gère son temps, l’espace pour livrer de la valeur et l’évaluation de son travail.

De façon aléatoire pour l’observateur et selon l’inspiration du créateur, ce dernier va ici et là avec sa main. Il prend le contrôle de la toile et exécute ses coups de crayon ou de pinceau selon une vision qui se clarifie progressivement.  Son processus de création est organique et systémique: non séquentiel.
Lisez la suite »

Pour être heureux: contrôle du temps, de l’espace et de l’évaluation

Une des raisons pourquoi je suis partie en affaires, c’était pour gérer mon temps et mes déplacements.  Je ne voulais pas avoir à justifier mes décisions.  Mes clients et mes résultats sont mes principaux indicateurs de succès et d’amélioration.

Je n’y avais jamais porté vraiment attention, jusqu’à la conférence (1h34) de Ewan McInstosh à Clair2012.

OK je suis entrepreneur pour avoir le contrôle sur le temps et l’espace, mais sur l’évaluation?  Oui!  Si je n’avais pas valorisé à mes yeux les habilités que j’ai développées de manière autodidacte pendant que mon entourage professionnel n’arrêtait pas de me décourager, j’aurais abandonné depuis longtemps.

Si Ewan vise à maximiser les apprentissages en redonnant ce contrôle aux apprenants, j’ai réalisé que la portée de cette découverte est encore plus importante.


Lisez la suite »