Rôle des grands-parents curieux en éducation

Depuis la naissance des mes petites-filles et surtout à l’aube de leur entrée dans le “système scolaire”, une question m’habite:

Si et comment les grands-parents curieux peuvent être des vecteurs et des acteurs d’innovations pédagogiques et numériques dans leur région?
Screenshot 2018-03-30 at 08.46.46

Pourquoi cette question?  

Je suis inquiet.

  • de la lenteur avec laquelle le système d’éducation s’adapte aux réalités et aux défis du 21e siècle;
  • d’un système qui privilégie la docilité plutôt que la créativité;
  • d’une pédagogie mésadaptée pour les curieux débordant d’énergie et disposant d’intelligences différentes;
  • du manque d’espaces-temps aux enseignants pour exploiter leur curiosité et rester des apprenants inspirants en continue pour nos enfants;
  • de la peur, l’analphabétisme, l’illitératie et l’amétropie numérique chez la majorité des parents, des directions, des enseignants et de leurs maîtres à l’université;
  • du virage numérique que doit prendre la direction de ma commission scolaire sans repères.

Jusqu’à présent, cette question m’a permis de découvrir d’autres curieux(ses) passionnés(es) avec qui j’ai de plus en plus de plaisir à collaborer en tant que papy 4.0 😉

Elle a aussi motivé ma 4e participation à Clair en janvier dernier. Au fur et à mesure que je la partageais dans les corridors, de plus en plus de gens ont converti leur étonnement par : hum … pourquoi pas?

Pourquoi les grands-parents?

Parce que nous avons une perspective unique sur l’éducation.  Nos enfants ont généralement complété leurs parcours “traditionnels”.  Nous avons un regard plus critique sur nos bons et moins bons coups comme éducateurs.

Parce que nous avons exploré et plusieurs sont restés curieux.  Peu importe l’âge, les curieux ont l’esprit, le coeur et les sens ouverts pour intercepter des opportunités et découvrir de nouvelles choses sur eux, sur les autres et sur le monde qui nous entourent.

Parce que pour un grand-parent, ce n’est pas grave si un jeune se fracture un bras parce que la branche a cassé en voulant observer celle qui chavire son coeur lorsqu’il a 12 ans (cas vécu…).  Ce n’est pas grave si un jeune brise un outil ou s’il a endommagé la carrosserie de l’automobile sans se blesser. Ce n’est pas grave si il rate régulièrement le panier au basketball ou le but au hockey.  Ce n’est pas grave si la recette n’est pas aussi délicieuse qu’espérée.

Parce qu’un grand-parent a souvent un garage, une cuisine, un VTT, une auto ou un terrain qui permet d’expérimenter en toute confiance sans se sentir coupable si ça ne fonctionne pas comme voulu.  Il a un FabLab accessible pour prototyper et où il n’y a pas d’erreurs; que des opportunités. La confiance et les habiletés viennent en pratiquant; non en théorie.  

Pour la réussite éducative de nos petits amours

Parce que la réussite éducative a une autre signification pour nous.  Pendant que le ministère cherche à implanter une Politique vers la réussite éducative, je pose la question suivante à mes amis grand-parents et parents que je rencontre:

Lorsque vos enfants ont atteint la trentaine ou imaginez les à ce moment si vous êtes parents, quels sont vos indicateurs pour déterminer qu’ils ont ou auront réussi leur éducation?

Les diplômes?  Les notes? Les reconnaissances reçues?  Les phD sont-ils plus heureux et gagnent-ils plus que les électriciens?

N’est-ce pas plutôt leur bonheur basé sur leur capacité à communiquer, à calculer et à capitaliser sur leurs passions?  Leur capacité à lire, à comprendre, à critiquer, à créer, à écouter, à collaborer, à se diriger, à se protéger, à se débrouiller, à combler leurs besoins, … dans les espaces physiques et numériques?

Et si nous explorions ensemble?

Si l’éducation est la responsabilité des parents et l’instruction celle de l’école, où est la place des grands-parents?  Nous payons tous des taxes scolaires et nous resterons actifs plus longtemps que nos parents. Pourquoi ne pas contribuer activement?

Que pensez-vous d’un réseau stimulant pouvant appuyer les parents, les enseignants et les directions (écoles, commissions scolaires et ministère) pour penser et agir en réseaux? Nous pourrions devenir des actifs stratégiques pour l’éducation de nos petits amours.

Qui aimerait prendre un café, un thé ou une bière pour discuter entre grands-parents curieux?  Faites-moi signe!

Merci de partager!

 

Pourquoi apprendre à coder tôt à l’école?

Program-Code-Feature-Image

Pour stimuler une conversation avec plusieurs amis et professionnels “branchés” que j’admire, j’ai récemment posé cette simple question sur mon compte Facebook.

“Tu commences l’année fort avec ta question!” (Stéphane Hamel) 😉

Alors, pourquoi l’avoir posé? En fait, c’est une combinaison de facteurs. 
Lisez la suite »

Entrepreneurs stade 4 sans frontières recherchés

Résultats de recherche d'images pour « multicultural »

a

Lire avec les oreilles

Cet été, j’ai découvert le plaisir de lire en écoutant des audio-livres.  Quel bonheur de nourrir mon cerveau tout en marchant sur la plage et en profitant des chauds rayons du soleil.  Au retour des vacances, j’ai poursuivi mon plaisir dans les sentiers près de chez moi.  Lorsque le parcours est routinier, il est facile de se concentrer sur la voix du narrateur.

La puissance de la culture

À l’instar de L.L. Bean, je suis fasciné par les entrepreneurs qui réussissent à implanter une culture d’organisation qui influence toute une communauté et qui rayonne mondialement. J’ai donc savouré les parcours de Richard Branson (Virgin), Tony Hseih (Zappos) et Jeff Bezos (Amazon).

Le livre qui m’a le plus touché est Delivering Happiness : A Path to Profits, Passion and Purpose écrit et narré par le CEO Tony Hseih lui-même.  

Lorsque Amazon a acquis Zappos pour 1,2 milliards US, Jeff Bezos n’a pas acheté un simple leader de vente de chaussures en ligne, mais les valeurs et la culture d’une organisation hyper-focus sur les clients.  Si, comme le décrit l’auteur, Amazon est une entreprise « High-Tech », Zappos est une entreprise « High-Touch ».

Dans sa passion à développer une organisation dédiée à livrer du bonheur autant à ses clients, à son équipe et à ses fournisseurs, il a intuitivement établit les fondations d’une organisation de stade 4 sans le savoir!

Tribal Leadership

Dans son livre, Tony Hseih souligne avoir découvert un livre qu’il lui a permis de comprendre ce qu’il avait naturellement construit comme culture.  Tribal Leadersphip est le fruit d’une recherche répartie sur une dizaine d’années et impliquant près de 24 000 personnes. L’audio-livre peut être téléchargé gratuitement.

Les auteurs expliquent que les organisations fonctionnent en tribus et peuvent se classer selon 5 stades.

  • Stade 1 (2%) : Life sucks!  Ex: gang de rue, mafia, terroristes,  …
  • Stade 2 (25%) : My life sucks! Gens travaillant sans passion, pour la “paie” et sans vouloir assumer l’imputabilité de leurs travaux.  Le strict minimum est la norme.
  • Stade 3 (49%) : I’m great! Le corollaire : You’re not!  Une personne est en compétition et se positionne face à ses collègues et ses pairs.
  • Stade 4 (22%) : We’re great ! Le corollaire : Your competitor is not! L’organisation est en compétition avec d’autres.  La vision, le focus, la mission et les valeurs sont partagées par tous. Une équipe rassemblant majoritairement des leaders stade 3 ne gagnent pas de championnats.
  • Stade 5 (< 2%) : Life’s great! Aucun compétiteur, qu’un BHAG à accomplir ensemble plus grand que soi.

Un de leurs constats est qu’une personne ne peut franchir qu’un stade à la fois et l’attraction vers les stades inférieurs est une menace permanente.  Pour maintenir un stade supérieur, il faut une passion, une écoute active et une énergie continue à faire évoluer les gens et la culture de l’organisation vers le haut.

Au stade 4, le leader agit comme un jardinier qui prépare le sol, choisit les graines à semer en fonction des résultats souhaités, tient compte de la complémentarité avec les autres plantes avoisinantes, les arrose sans les noyer et s’assure d’éliminer les mauvaises herbes au besoin.

WOW!

Tribes de Seth Godin (merci Adrien) fut une inspiration pour la naissance de FOCUS20

Tribal Leadership m’a fait réalisé que chaque événement a majoritairement rassemblé des complices leaders de stade 4 depuis 2009.   Les égos ont fait place à la curiosité active de co-apprendre ensemble pour le plaisir et le bénéfice de tous et de chacun

Le livre m’a également permis de comprendre pourquoi j’ai une aversion naturelle aux divas, experts auto-proclamés, “contrôlants” et politiciens ivres de pouvoir davantage préoccupés par leur image qu’à “delivering happiness” autour d’eux.  

FOCUS20 – Synergie des immigrants en affaires sans frontières

Depuis des années, je mijote un FOCUS20 spécial dont voici la mise-en-contexte.  La prémisse est que nous sommes tous des immigrants d’un territoire géographique ou numérique.  Les besoins de s’intégrer, de s’épanouir et d’en profiter sont les mêmes peu importe l’environnement.  Les silos nourrissent la peur.

Inspiré du fameux “Screw it, just do it!” de Richard Branson, je prépare ce prochain événement avec une seule attente : créer un espace-temps favorable à l’écoute, la compréhension et à l’action. Je suis curieux de voir si et quel projet de stade 5 une telle diversité pourrait engendrer.

Entrepreneurs stade 4 sans frontières recherchés

Pour le moment, je cherche à rassembler une diversité d’entrepreneurs dans un esprit de collaboration émergente. Voici quelques critères plus précis : 

  • bâtisseurs (propriétaires ou actionnaires) ; pas de gestionnaires, financiers ou consultants;
  • 50% québécois nés ici et 50% nés dans d’autres pays;
  • leaders de stade 4 dans leur esprit avec le goût d’explorer sans frontières ;
  • leaders ayant de l’impact sur la culture de leur organisation, de leur communauté et de leur famille; et
  • curieux(ses) et passionnés(es) à vouloir co-apprendre et capables de laisser leur égo à la porte.

Vous vous reconnaissez ou vous en connaissez?   Faites-moi signe.

5 niveaux d’écoute pour innover en équipe et s’aimer en famille

Au coeur d’un atelier sur Comment mener l’innovation, Ewan McIntosh nous a introduit à 5 niveaux d’écoute (4 de Otto Scharmer et 1 supplémentaire) essentiels au processus d’émergence et de réalisation de l’innovation.  Cela m’a inspiré cette réflexion que je vous partage tout simplement.

N.B. Je dédis ce texte à mes enfants qui sont parents actuellement ou en devenir.  Votre niveau d’écoute a et aura une incidence sur la richesse de votre esprit de famille (immédiate et élargie) et sur le bonheur que nous développerons ensemble.

 

Lorsqu’une personne vous parle ou vous écrit, qu’elle soit dans la même pièce ou à distance, comment écoutez-vous?

Pour faire semblant (COSMÉTIQUE) : Je ne m’intéresse pas vraiment à ce que tu tentes de me communiquer. J’entends et je lis, mais mon attention est complètement ailleurs … probablement sur un autre écran.

Par habitudes (TÉLÉCHARGEMENT) : Je compare davantage que j’écoute. J’écoute pour confirmer mes paradigmes, jugements et opinions.  

Ça prend une certaine confiance en soi et en l’autre pour commencer à écouter vraiment.

De l’extérieur (CONVERSATION) : J’ai l’esprit ouvert pour alimenter ma tête. Je me concentre sur les faits en prenant soin de noter les différences.  J’écoute pour capturer de nouvelles informations.  Je suis curieux et disposé à aller au-delà de mes connaissances et de mes habitudes.

De l’intérieur (EMPATHIQUE) : J’ai le cœur ouvert à ce que tu ressens au-delà des mots. Je me connecte émotionnellement à toi. Mon cerveau du cœur me permet de voir à travers tes yeux. J’écoute avec compassion et suis disposé à laisser mon ego de côté pour être totalement présent avec toi. (Pardonne-moi, j’te voulais pas…)

De la source (COLLABORATION ÉMERGENTE) : J’ai la volonté ouverte à laisser émerger un futur à explorer ensemble.  J’écoute avec mes tripes en toute confiance.  Je suis disposé à laisser mes peurs de côté pour co-créer ensemble et me laisser surprendre.

Ouvrir son coeur et sa volonté pour synergiser ensemble, c’est accepter d’être vulnérable et de faire confiance au respect et en l’amour des autres.

Trop dans le jus et pas le temps d’écouter?  « Le temps n’est pas quelque chose que l’on a. C’est quelque chose que l’on prend ». (Jean-Claude Plourde) Il est le plus grand révélateur de nos priorités et de nos intentions.

Peu importe que vous soyez dans la même pièce ou à distance, la technologie n’a aucune importance. C’est le niveau de présence et d’ouverture de nos trois cerveaux (tête, coeur et trippes) envers l’autre qui influencent la qualité de notre écoute et les valeurs qu’elle peut engendrer.

Nos trois cerveaux doivent être en cohérence pour synergiser ensemble et créer le contexte favorable à faire émerger une intelligence collective multi-canaux au sein d’une équipe … et un profond esprit de famille.

 

Drummondville intelligente ou connectée?

Résultats de recherche d'images pour « intelligence »

Montréal et Québec s’affairent depuis quelques années à devenir des villes intelligentes. À l’échelle planétaire, toutes les grandes capitales et métropoles sont engagées dans cette voie. Chacune aspire à devenir une ville intelligente … vraiment?

Nous sommes au cœur d’un point de bascule unique dans l’histoire de l’humanité.  Il est alimenté par le déploiement exponentiel d’applications liées numériquement et mondialement par l’Internet.

Quels sont leurs impacts sur nos vies, notre société et nos systèmes? Qui en profiteront réellement? Les fournisseurs de systèmes ou les citoyens? 

Comment nos élus peuvent-ils …

Lisez la suite »

Qu’est-ce qu’une ville intelligente?

 


 

Chère #DomAnglade

Chère Dominique,

Cet article de La Presse Commerce de détail: vers la création d’un Centre d’intelligence m’interpelle.

« Le commerce de détail est vraiment frappé de... (Photo David Boily, La Presse)

Centre d’intelligence et CEFRIO … hum … est-ce un oxymore?  Le CEFRIO est un centre de veille qui analyse le passé.  Son impact au développement d’entrepreneurs numériques québécois performants est nul.

Pour un véritable centre d’intelligence au niveau commercial, ça ne prend pas des bureaucrates qui « pompent » les mamelles du gouvernement, mais des commerçants qui réussissent autant sur les terrains physiques et numériques en synergie aux niveaux local et international.

Ça prend du sang neuf, sensible et agile.  Vous connaissez sûrement eCOM MTL.  
Lisez la suite »

20 ans déjà

Résultats de recherche d'images pour « gâteau de fête »

Sans tambour ni trompette, ça fait déjà 20 ans que A.R.Y.A.N.E. Inc. existe et que j’explore l’internet sous toutes ses coutures.

Le labyrinthe international que j’observais à cette époque est encore plus dense et complexe aujourd’hui.  Je suis toujours aussi intéressé et passionné à être ce « fil » pour les leaders curieux d’apprendre et de comprendre.

Pourquoi avoir choisi ce nom en 1996?

Que signifie l’acronyme?

Votre entreprise est-elle de classe mondiale?

Je suis un fan fini du Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny

Mon premier coup de cœur a été un duo finlandais où violon et accordéon s’entrecroise harmonieusement. Je les écoute avec autant de ravissement aujourd’hui : Mr. Mäläskä

Mes deux coups de cœur cette année sont:

  • un virtuose français qui me fait voyager en musique : Daniel Colin

  • un duo Paris-Moscou des plus complices:

Les artistes, la programmation et l’accueil sont de classe mondiale.  Je tiens d’ailleurs à les féliciter pour cet événement unique qui mérite d’être connu davantage.

Sauf qu’avant, pendant et après mon expérience,  j’ai intercepté plusieurs éléments qui m’ont chicoté.


Lisez la suite »

Dear #JustinTrudeau

Cher Justin,

Le mois dernier, au sommet du G20 en Chine, vous étiez fier d’annoncer une collaboration plus étroite avec Jack Ma pour la promotion des entreprises canadiennes sur « sa » plateforme Alibaba.

Le premier ministre Trudeau et Jack Ma, président exécutif du groupe Alibaba, annoncent des initiatives pour renforcer la présence des entreprises canadiennes sur la plus importante plateforme de commerce électronique du monde

Étant également actif sur cette plateforme pour le compte d’un client, j’ai reçu récemment ce message:

« The theme of this year’s G20 summit is building an innovative, invigorated, interconnected and inclusive world economy—a goal that happens to be one of Alibaba founder Jack Ma’s crusades!
Lisez la suite »