Catégorie : Systèmes

Louis Naugès: révolution industrielle informatique

Même s’il a plutôt la taille de Panoramix, Louis Naugès est l’Obélix de l’informatique.  Il tombé dans la marmite des systèmes d’information il y a plus de 30 ans.

Passionné de l’évolution des technologies d’information et de leurs usages, il est un « early adopter » à exploiter le potentiel des solutions cloud en affaires.  En 2007 il a co-fondé la société Revevol et, par la suite, est devenu le plus important Google Business Partner au monde.

Il n’y a pas de hasard dans la vie

Mon frère Sylvain habite Orléans depuis plus de 20 ans maintenant.  Lors de ma visite chez lui au printemps 2008, en plus de découvrir mon point G, j’ai intercepté la publicité d’une conférence donnée par Louis Naugès. Histoire d’apprécier où nos cousins en étaient rendus avec l’exploitation de l’internet pour les affaires, je suis allé écouté attentivement ce professionnel.

En plus de découvrir cet évangéliste d’exception, j’ai apprécié sa rigueur, son savoir et son humour. Nous avons eu quelques échanges intéressants durant sa conférence.  Depuis, nous avons nourrit une communication mutuellement stimulante.

RTID et le cloud

Le Réseau T.I. Drummond est un groupe privé de gestionnaires des systèmes d’information des principales entreprises manufacturières de ma région.  Ce réseau existe depuis 2002.

Lorsque je leur avais présenté les Google Apps que j’utilisais en 2007, les membres ont eu la même réaction que les chefs d’entreprises lorsque je leur parlais du potentiel d’affaires dans l’internet en 1996:  pfff!  Ce n’est pas pour nous, non merci.

Curieusement, depuis quelques années, leur regard sur le potentiel des technologies et des usages cloud en affaires a beaucoup changé.  Histoire de nourrir leur réflexion et d’avoir une perspective unique de cette révolution industrielle informatique, je leur ai proposé d’inviter Louis Naugès à nous partager sa lecture de la situation et ce qu’il anticipe dans un avenir rapproché.

Cloud: pas si, mais quand!

 Voici donc sa présentation qu’il a eu la générosité de nous partager.

 

 

Personnellement, j’ai beaucoup apprécié la distinction qu’il fait entre les usages Business et Support ainsi que les Infrastructures.  Encore aujourd’hui, il n’est pas rare de constater que 50% du temps d’un gestionnaire en systèmes d’informations d’une PME est consacré à gérer les licences Microsoft et le support aux usagers.  Ce temps n’ajoute aucune valeur aux clients de l’entreprise.  Imaginez le potentiel si ce temps était plutôt consacré à développer de nouvelles applications au coeur des intérêts des clients et de l’entreprise.

J’ai également apprécié la migration des investissements en capital (CAPEX) en dépenses d’opération (OPEX).  Ce changement peut diminuer temporairement l’actif, mais procurer un effet de levier pouvant générer de nouvelles valeurs.  La comparaison entre Netflix et Zynga était éloquente.

Merci Louis!

Je tiens à remercier chaleureusement monsieur Louis Naugès pour sa précieuse collaboration au succès de cette conférence.  Je le recommande à toute organisation qui souhaite profiter de cette révolution informatique pour faire évoluer sa culture de gestion et d’innovation.

Vos questions!

Histoire que ces échanges profitent à plusieurs, je vous propose de partager vos questions dans les commentaires.  Ainsi, Louis pourra y répondre selon sa disponibilité peu importe où il se trouve sur notre petite planète.  Si la réponse est un billet qu’il a déjà écrit, il pourra facilement l’intégrer pour y référer.

Pour lancer le bal, quelques questions me viennent à l’esprit :

Dans l’industrie manufacturière, existe-t-il des études démontrant l’impact de cette migration des $ (ou €) CAPEX en OPEX sur l’innovation de nouveaux procédés, processus et/ou produits?  

Existe-t-il des études démontrant que ce changement de culture majeur et un focus des ressources dans les métiers plutôt que dans les supports technologiques est générateur d’innovations et de valeurs?

Jusqu’à quel point les entreprises qui n’adopteront pas l’agilité des environnements cloud ne perdront pas leurs meilleurs talents et/ou que cet environnement d’une autre époque constituera un frein pour accueillir les meilleurs?

Le parallèle entre l’évolution des fournisseurs d’électricité et d’informatique est très intéressant.  À l’instar de Tesla Powerwall et avec les technologies d’énergie renouvelable, il y a une tendance émergente à produire l’électricité sur le lieu de consommation.  Avec l’amélioration croissante des bandes passantes combinée à la puissance d’hébergement et de calcul des équipements qui ne feront que croître et les coûts de réduire, verra-t-on bientôt l’émergence de véritables cloud privés?

 

 

Transformer la confusion en confiance

Confusion, peur et perte de contrôle

Sans l’avouer publiquement, plusieurs chefs d’entreprises et leurs conseillers sont confus dans les décisions liées à l’exploitation du numérique et de l’Internet pour le développement de leurs affaires.

De plus, plusieurs ont le sentiment d’avoir perdu le contrôle de leur temps.  Ce n’est pas différent chez nos dirigeants politiques et décideurs régionaux en développement économique.

Par exemple, les conseillers stratégiques reçoivent de plus en plus de demande d’assistance (financière et/ou accompagnement) d’entrepreneurs ayant, soit un produit ou service dont la commercialisation est principalement basée sur l’exploitation du Web, soit le produit est le développement d’une application ou d’un environnement numérique.

Malheureusement, la majorité n’ont pas les bases pour évaluer ces opportunités et les risques inhérents.  Cette incapacité d’analyse augmente le risque d’échec ou, du moins, réduit l’efficience et la rentabilité de leurs investissements.

Partons la mer est belle?

Un capitaine de bateau ne laisse jamais les commandes de son navire à son ingénieur mécanique.  Pourquoi les chefs d’entreprises et les dirigeants confient-ils leurs stratégies d’affaires numériques à des professionnels «techno»?

Est-ce possible…

  • qu’ils naviguent sur une mer inconnue?
  • que leur équipage n’aient pas les connaissances pour les conseillers?
  • qu’ils ne savent pas quels types de navires utiliser?
  • qu’ils ignorent les repères pour guider leurs routes?
  • qu’ils soient dépourvus lorsque le climat change subitement?

Icebergs à l’horizon.  Les voyez-vous?

Savez-vous…

Comment calculer l’énergie numérique ou des communications?

Avis au lecteur:  je ne suis ni mathématicien, ni scientifique.  J’aime tout simplement décomposer les concepts pour mieux les comprendre, les analyser et les appliquer.

Trop souvent, malheureusement, on compare et traite en silos les processus physiques et numériques.

Si Einstein a déterminé que l’énergie est égale à la masse multiplié par la vitesse de la lumière au carré (E=mc2), qu’elle est l’équation pour mesurer l’énergie numérique?

L’impact d’un tout petit tweet…

Il y a quelque temps, un vent de panique s’est emparé de Wall Street.  Certains ont prétendu au piratage.  Quoi?  Un tout petit tweet!  Peu importe ce qui a réellement provoqué ce « krash éclair » systémique (erreur humaine ou d’un système), son impact fut remarquable.

Nos systèmes sont si intimement liés qu’un octet mal interprété peut générer ou consommer une quantité incroyable d’énergie.

Pour et par les Gens

Je ne parle pas de l’énergie électrique permettant aux serveurs de fonctionner, mais à l’énergie transmise aux gens ou absorbée par eux.  Quel fut l’impact sur le système nerveux et sur l’équilibre des gestionnaires pendant cette panique?  Comment se sont-ils sentis en retournant à la maison avec leur famille?

L’énergie peut être positive ou négative.  Elle peut être transmise ou consommée.  Quelle énergie dégage un message de Warren Buffet sur les Gens suivant l’évolution des marchés?  Combien « coûte » en énergie un « tweet fight »?  Combien d’énergie provenant des Gens absorbent et emmagasinent les « Siren Servers« ?

L’énergie d’une communication

En fait, il faudrait tenter d’évaluer l’énergie des communications transmises et consommées par des Gens et/ou des Systèmes.  En tenant compte de l’avis au lecteur au début de ce billet, je risque un début de réflexion.

Physiquement, Einstein a considéré la masse et la vitesse de la lumière comme paramètres à son équation.  Numériquement, que pensez-vous de mesurer les éléments suivants pour déterminer le niveau d’énergie d’une communication?

  • poids en octets d’une transmission ou d’une réception
  • temps de déplacement dans l’Internet multiplié par le nombre de destinataires ou de sources impliquées
  • temps consacré à préparer, à répondre et à réagir
  • temps que la communication influence la production ou la consommation de ressources
  • temps du silence précédent votre dernière communication
  • ressources (argent ou capital physique et écologique) consommées ou acquises

Pour le moment, je m’arrête aux paramètres de l’équation.  Je laisse le soin au mathématicien de critiquer ces paramètres et de formuler l’équation.

Qui et que sont les énergivores et les énergisants?

Face-à-face ou par l’Internet, dans votre vie et dans vos affaires, quels sont les Gens et les Systèmes qui vous énergisent ou vous « tirent du jus »?  Comment feriez-vous pour calculer le niveau d’énergie qu’ils produisent ou consomment chez vous?

Dans les réseaux sociaux, dans quelle mesure vos contributions vous énergisent ou vous épuisent?  Qui sont les Gens dans vos réseaux qui vous procure ou vous consomme de l’énergie?  Si vous êtes capable de sentir cette augmentation ou cette diminution d’énergie, il est sûrement possible de la mesurer.  Qu’en pensez-vous?

Le bonheur se construit et le plaisir se consomme

Le bonheur est dans l’être et le plaisir dans l’avoir

Si quelqu’un ne produit pas, il consomme.  Pour consommer, ça prend du capital.  Or, lorsqu’une personne vit à crédit, elle consomme sur le capital des autres.

Comme les « Sirens Servers »  que sont Google, Facebook et autres construisent leurs empires à partir des contributions qu’ils consomment et que nous leur faisons gratuitement en échange d’une certaine efficacité en recherche, de rayonnement ou simplement pour notre plaisir, je vous laisse avec cette autre question: est-ce qu’ils ont finalement une dette énergétique envers nous?

Deux leaders mondiaux dans notre « cour »

Je ne suis pas un spécialiste en SEO, Adwords ou Adsense.  Cependant, je m’intéresse de plus en plus à l’importance de la gestion des données pour optimiser l’intelligence d’une entreprise: pas seulement son marketing.

Récemment, j’ai eu le plaisir de connaître un « oiseau rare » qui animait, jusqu’à hier, le groupe LinkedIn Digital Analytics Canada-QuébecStéphane Hamel de Cardinal Path. Ce groupe ressemble à FOCUS20 , mais en gravitant toujours autour des processus et des systèmes d’analyse des données numériques.

Stéphane est un professionnel de Québec qui s’est récemment démarqué sur la scène mondiale.

Et le contributeur le plus influent mondialement est …

Lors du Gala de la Digital Analytics Association à San Francisco le 17 avril dernier, il a été désigné « Most Influential Industry Contributor » c’est-à-dire la personne la plus influente dans le domaine du « digital analytics » mondialement.  Il a été reconnu devant ses pairs et des sommités comme Avinash et Bryan Eisenberg.

Si nous étions au hockey, c’est comme si Stéphane avait remporté le trophée Hart de la LNH devant Sidney Crosby et Jonanthan Toews.

Bravo Stéphane!  Cette reconnaissance est d’autant plus méritoire qu’il contribue généreusement à partager son savoir pour bonifier et pour synergiser les professionnels numériques du Québec.

Pas 1, mais 2 #1 au MONDE!

Pendant que j’écrivais ce billet, quelle ne fut pas ma surprise et ma joie d’apprendre que Pascal Veilleux de NSI Solution,  complice et co-fondateur de WEB2BIZ, a été nommé leader mondial des partenaires Zoho Creator à l’événement Zoholics à San-Francisco également.

Wow et rewow!

La crédibilité se mesure aux kilomètres…

Le « hic », c’est que ces reconnaissances passent trop souvent inaperçues et sous le radar de la communauté des professionnels en affaires numériques au Québec.

Ça m’a rappelé la parole d’un sage: « la crédibilité se mesure aux kilomètres ».

Il m’avait fait la remarque que le regard des autres avait changé le jour où il est allé donner une conférence en Italie.  Pourtant, c’était le même professionnel performant avant qu’après cette conférence.

 

Rayonner partout de chez nous

Sur le Web, c’est différent.  Comme le rayonnement est plus linguistique que géographique, nous n’avons pas besoin de nous expatrier pour nous démarquer.

J’écris ce billet simplement pour nous rappeler qu’il faille regarder dans notre cour les diamants que nous avons, être fiers de ces accomplissements et chercher à synergiser tous ces leaders.

L’agriculture et l’agroalimentaire numérique

Cette conférence a été co-préparée et co-animée en complicité avec deux leaders « branchés » en production laitière au Québec: Sabrina Caron et Frédéric Marcoux.

J’en profite pour les remercier chaleureusement pour leur entière collaboration et leur veille permanente.  Leur curiosité, leurs « antennes » et leur volonté à faire circuler l’information font d’eux des actifs précieux sur lesquels l’industrie doit investir pour capitaliser au profit de tous ses acteurs.

Nous avons livré cette présentation dans le cadre du premier colloque des technologies d’informations en agriculture et en agroalimentaire au Québec du CRAAQ (Centre de Référence en Agriculture et Agroalimentaire du Québec).


Lisez la suite »

TMT Deloitte Canada 2012

Grâce à l’invitation d’une professionnelle que j’admire, Karima-Catherine Goundiam, j’ai assisté hier à l’édition 2012 du rendez-vous TMT (Technology Media and Telecommunication) de Deloitte Canada.

Bravo à toute l’équipe de Deloitte qui nous ont reçu avec grande classe et souci du confort des participants.

Très (trop) orientées « S »

La démonstration de Duncan Stewart fut éloquente et divertissante.  Ces prédictions sont le fruit de consultations auprès des clients et des contacts de Deloitte au niveau mondial.  Pour ceux qui n’ont pu y assister, voici leurs prédictions (.pdf).

Même si je les ai trouvées très intéressantes, je trouve que cet exercice contribue à alimenter la confusion des chefs d’entreprises et maintenir leur attention sur le « S » (Systèmes) de leur entreprise plutôt que sur l’équilibre nécessaire entre le GPS (Gens, Processus et Systèmes).

L’illitératie numérique des chefs d’entreprises les empêche de saisir tout le potentiel de ces prédictions et de leurs impacts sur leur GPS.

 

Mon coup de coeur

Une des prédictions signalait l’importance croissante des campagnes de promotion axées sur la notoriété et les valeurs d’une entreprise VS les campagnes dont l’objectif principal est la conversion en transactions (« call-to-action »).

Pour en faire la démonstration et parce qu’elle est en lien avec mes valeurs, la vidéo partagée sur un écran IMAX de la chaîne de restaurant Chipotle aux États-Unis est venue me « chercher » et me toucher de manière viscérale.   La voici…

Branchez votre GPS

Même si nous sommes à finaliser les derniers détails du prochain FOCUS20 prévu le 1er février 2012 (détails à venir très bientôt), voici un article rédigé par Madame Magali Delomier de la Fédération de la Relève Agricole du Québec (FRAQ) qui traduit bien l’esprit du FOCUS20 de novembre dernier:  Cultiver vos affaires dans l’Internet!

Merci Madame Delomier.  Vous nous confirmez la pertinence de ce réseau qui continue de grandir et de m’inspirer

J’en profite pour remercier également mes précieux complices de FOCUS20, tous les professionnels qui sont venus co-animer cet événement, les leaders de la Maison de la Culture de l’Avenir, mes amis de l’Écomarché de l’Avenir et, naturellement, Monsieur le maire de la municipalité de l’Avenir.

————————————–

Branchez votre GPS!

Ma participation récente à un évènement peu ordinaire me pousse à en partager certains aspects avec vous.

Imaginez-vous à L’Avenir, un village au cœur du Centre-du-Québec, dans une petite maison de la culture toute charmante, à parler de réseau systémique, d’outils numériques, d’applications web et de développement des affaires web. Vous êtes à un Focus20!

Initié par des passionnés des environnements web au profit du développement de différentes sphères économiques, ce Focus20 était dédié au secteur agroalimentaire.


Lisez la suite »

Quels Gens le chef doit-il gérer dans son CRM?

La majorité des implantations CRM (Customer Relationship Management) est vouée à l’échec.  Pourquoi?  L’absence d’une planification GPS (Gens – Processus – Systèmes) combinée à une attention prématurément portée sur les Systèmes.

Les dirigeants se laissent trop rapidement séduire par les arguments des vendeurs de Systèmes sans se questionner au préalable sur l’efficacité de leurs Processus actuels, sur les autres systèmes avec lesquels s’intégrer et, le plus important, sur les Gens à qui ce système sera destiné et par qui il sera utilisé.

Avant d’identifier le comment, intéressez-vous aux qui!

Qui devez-vous servir?  Qui sont…

  • … les nouveaux clients à séduire et les prospects qui sont « mûrs »?
  • … les « influenceurs » susceptibles de spécifier votre produit ou service auprès des ‘acheteurs ou dans les devis des appels-d’offres?
  • … les acheteurs qui négocient et qui ont le pouvoir de confirmer chaque transaction?
  • … les utilisateurs de votre produit/ service qui le reçoivent et l’intègrent dans leur GPS?
  • … les évaluateurs ayant un impact au sein de vos clients et actifs dans leurs réseaux sociaux?

Quels sont leurs profils?  Où sont-ils actifs sur le Web et sur le « terrain »?  Que recherchent-ils?  Comment préfèrent-ils communiquer?

Votre équipe et votre réseau de partenaires d’affaires

Comme une entreprise livrera des résultats aussi rapidement que la plus lente de ses composantes, il convient de bien comprendre qui sont susceptibles d’affecter positivement ou négativement les relations avec vos clients.

Qui, à l’interne et à l’externe de votre organisation, sont à l’écoute et en contact avec vos clients?  Qui sont les  “capteurs” et les « livreurs » d’information?  Disposez-vous d’un responsable des relations avec les clients pour gérer le « trafic » des communications entre les clients et votre GPS?

Qui, chez vos fournisseurs de produits et de services, doivent vous supporter pour livrer des résultats selon les attentes et au rythme de vos clients?

La gestion de votre temps est dictée par celle de vos relations!

Qui contribuent ou ajoutent de la valeur à vous comme chef, à votre équipe et à vos clients?

En plus d’être un chef d’entreprise, vous êtes également un partenaire amoureux, un parent et un ami pour des êtres qui vous sont chers.  Qui font partie de votre cercle de confiance (famille, amis, …) et pour qui vous consacrerez de votre temps précieux ?

Prochaine étape:  les P entre les G et les S

Vous avez bien identifié les Gens à considérer?  Super!

Maintenant, avant de magasiner les Systèmes, vous devrez passer par l’analyse des Processus pour améliorer la qualité des résultats à livrer ainsi que la fluidité des relations à chaque occasion de contact entre les Gens et les Systèmes…

 

à suivre..

😉